La Baule Infos

Plongée dans les fonds marins avec Estuaire Loire Vilaine

Jean-Claude Ménard, un des fondateurs et vice-président de l'association Estuaire Loire Vilaine (ELV), a présenté vendredi soir à la MJC, une synthèse des enjeux actuels liés aux écosystèmes des zones maritimes comprises entre l'estuaire de la Vilaine et celui de la Loire.

Dans le cadre d'une série de conférences et d'expositions organisées par la MJC de La Baule Jean-Claude Ménard a expliqué à l'assistance les fonds marins qui bordent la région. Il avait choisi l'angle de leurs richesses et de leurs problématiques, en utilisant l'exemple de l'observation de la vie des algues sous-marines.

L'observation sur place

Depuis 2009, des équipes de plongeurs apnéistes recensent, observent, et cartographient les écosystèmes des plateaux sous-marins tels que celui du Four, du Banc de Guérande, de Penchateau...
Ces études in situ permettent aujourd'hui à ELV de remarquer par exemple une réduction importante de la population de certaines espèces indispensables à l'équilibre de l'écosystème sous-marin. « On constate, entre 1995 et 2010, une diminution de 75 % des laminaires présentes entre les deux estuaires » souligne Jean-Claude Ménard. Raréfaction de certaines espèces, turbitude de l'eau, c'est une dégradation des milieux sous-marins que l'association ELV enregistre et regrette.
 Le Vice-Président de l'association reconnaît que certaines années ont été marquées par des événements naturels imprévisibles (comme la tempête Xynthia), mais il insiste sur l'impact de l'activité de l'homme sur le biotope qu'il observe. Sont montrés du doigt les déjections issues de l'agriculture, de l'industrie, la densité de population en période estivale et donc la gestion des eaux usées, ou encore le dragage des ports et des estuaires afin de les dévaser.

Plus de dialogue

Puis Jean-Claude Ménard a désiré aborder le point sensible du projet de parc éolien sur le Banc de Guérande. Il ne se  prononce pas contre, mais dont il voudrait que «certaines données soient pensées autrement ». La zone d'implantation du parc a été définie de manière, selon lui, trop arbitraire, trop rapide. Il a manqué d'études de terrain en amont des prises de décisions. « IFREMER* a publié des études, mais n'est pas venu sur place ! ». Et d'ajouter : « Ce plateau de 70 km2 est l'un des plus riches de la région, or ce projet risque, au-delà des conséquences à court terme engrangées par les travaux d'installation, de provoquer des conséquences durables, importantes et regrettables pour la vie de certaines espèces de poissons notamment, qui ne viendront plus dans cette zone. »

Pour conclure cette conférence, Jean-Claude Ménard a présenté l'évolution qui, selon lui, devrait s'opérer dans la gestion des territoires sous-marins et côtiers de la région. Il espère plus de dialogue entre les différents acteurs, tous domaines d'activités confondus, et des décisions prises de manière moins « pyramidale ».

La température de l'eau

La séance s'est terminée par un temps de discussion avec des questions posées par l'assemblée. Une partie des personnes présentes a pu s'assurer de l'objectivité des observations effectuées au quotidien  : l'évolution de l'eau, des algues, des populations de mollusques, ou encore des mentalités autour de la protection du littoral.
Et aussi : « Pourquoi ne pas avoir évoqué le problème du réchauffement climatique ? » « Pour la bonne et simple raison qu'en réalité, nous constatons une baisse de la température de l'eau depuis quelques années, contrairement à ce qui pourrait être attendu. »
D'autres problématiques liées au projet éolien sont évoquées : « Et comment va-t-on faire pour tous les bateaux à voile qui utilisent très fréquemment cette zone pour le tourisme et qui constitue un véritable chenal pour ces personnes ? » demande une personne « Ils feront un détour et puis c'est tout ! » répond une autre . Jean-Claude Ménard s'est abstenu de répondre.

vwww.assoloirevilaine

* IFREMER : Institut Français de Recherche pour l'Exploitation de la Mer

 

15/01/2012 | 0 commentaire
Article précédent : « Le gel n’occasionne pas forcément le dégel des prix du gazole »
Article suivant : « Oublier l’effet yoyo ! »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |  Tél. : Rédaction  |   Nous contacter