La Baule Infos

Plan de submersion rapide

L’avant-projet des travaux définitifs des berges et digues de l’étier du Pouliguen va être présenté par le SIVU du port. Facture : 7,5 M €.

Si le confortement des berges à titre préventif après Xynthia devra tenir encore jusqu’à fin 2013, le SIVU du port va présenter lors d’une réunion publique, ce mercredi à Atlantia, l’avant-projet de sécurisation définitif des berges de l’étier. Cela concerne 12 500 habitants de la Baule au Pouliguen en passant par Guérande.

Parcours du combattant

C’est le cabinet Artélia, un groupe d’ingénierie indépendant qui a monté le dossier. Lourd et long process, c’est le message que veut faire passer le président du Sivu Yves Métaireau au public et aux associations attendues mercredi, notamment celles qui ont critiqué les travaux provisoires. On attend  des réactions comme celle de l’association pour la défense des digues Le Pouliguen – la Baule – Guérande.
« Bien sûr, ce n’est pas parfait, mais, il n’y a pas une goutte d’eau qui est sortie de l’étier ; rassurer certains riverains était notre volonté » d’après Yves Métaireau qui se réjouit de l’avancée de l’avant-projet. « Il faut comprendre que les procédures sont longues et complexes ».
En effet pour obtenir les subventions visées par le projet, État (40 %) Région (15 %) et Département (15 %) pour arriver à une part « raisonnable » de 2,2 M€ pour le SIVU, il faut faire valider une dizaine de procédures réglementaires administratives et techniques. Étude d’impact, loi sur l’eau, Natura 2000, étude de danger, domaine public maritime, DIG (déclaration d’intérêt général), DUP (déclaration d’utilité publique) et l’architecte des Bâtiments de France sans oublier le PAPI (Plan d’action de prévention des inondations).
Il faut aussi, dans le calendrier fixé, avoir l’aval du Préfet, passer par une enquête administrative, une enquête publique, organiser des réunions participatives avec les riverains et les associations pour un début des travaux espérés au cours du troisième trimestre 2013. 
 

+ 4,50 m

Les travaux devraient s’étaler sur trois ans, en raison de nombreuses contraintes (saison estivale) ou environnementales : « Si on découvre un nid de tritons, il faudra trouver un moyen pour qu’ils s’installent un peu plus loin » déclare sans trop sourire Yves Métaireau.
L’évaluation du niveau marin est de plus 0,60 m d’ici 2100. En portant de cette base et des relevés pris après le passage de Xynthia, le relevage des berges de l’étier atteindra la cote de 4,50 m. Suivant les lieux, les interventions prendront plusieurs aspects, jardinières, murets ou merlons avec intégration paysagère.
 

Pourquoi une réunion publique ?

« C’est dans la procédure, et puis, aujourd’hui il faut tout expliquer aux gens, nous désirons aussi qu’ils expriment leurs souhaits et leurs envies, sans tomber dans la démesure ». « On va être dans les premiers en France à monter ce genre de dossier, on doit être irréprochable par rapport aux services de l’État et envers nos concitoyens ».
D’autres secteurs devraient être mis à l’étude comme la digue des marais salants de Guérande, une enveloppe de 3 M€ avait été votée par le Département en 2010 pour parer au plus pressé.

Pratique :
Réunion publique à 18 h 00, mercredi 28 novembre, Palais des Congrès d’Atlantia. Organisation Syndicat Intercommunal du port de la Baule/Le Pouliguen-ville de Guérande.


 

Auteur : JRC | 26/11/2012 | 0 commentaire
Article précédent : « AG de OMS : le maire en fait une tribune d'économie municipale »
Article suivant : « Conseil municipal : la politique de l’écureuil »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |  Tél. : Rédaction  |   Nous contacter