La Baule Infos

Plages : L'opposition réclame une gestion municipale

L'opposition de gauche au conseil municipal est ferme : «nous devons être maîtres chez nous ! » pour la gestion de la plage.

Erwan Le Moigne, Anne Boyé et Denoyelles du groupe La Baule autrement avec la Gauche  veulent que la Mairie « prenne ses responsabilités».
Il existe plusieurs solutions : l'État nomme un concessionnaire général privé qui se charge de gérer la plage, l'entretien et l'application du décret se 2006.
Ou, « et la commune a le choix et la priorité » souligne Anne Boyé la Commune s'en charge ; soit directement avec chacun des utilisateurs ce qui serait cohérent avec ce vers qui semble s'orienter Pornichet, soit par l'intermédiaire d'une entreprise privée.

« Garder la main »

La Baule autrement
La Baule autrement

Pour l'opposition,  il est impératif « de garder la main » précise Erwan Le Moigne. Les trois conseillers expliquent qu'il faut un cahier des charges solide et ils seraient favorables à des conventions librement négociées, ou définir une procédure « adaptée à la situation, le décret laisse la place à des aménagements, que ça ne soit pas trop contraigant ».
La solution de « La Ville en direct » a un avantage « moral et environnemental », « La Ville a les moyens », cela permettrati  d'être « vigilants en terme d'espace occupé, de tenue sanitaire, et de respect de l'environnement » précise Gérard Denoyelle.
« Si c'est l'État, ce sera toujours  la faute de l'autre » insiste le juriste Erwan Le Moigne
L'opposition reconnaît qu'il y a quelques abus, elle cite «une descente de plage peinte aux couleurs d'un restaurant, des occupations de club de plage en expansion ». Et Barrière ? « il devra s'y plier aussi ». Anne Boyé cite le cas de Cap Breton où la municipalité traite en direct et répète « bien sûr nous sommes favorables au maintien et à l'ouverture ». S'il faut « faire respecter les règles, il ne faut pas se dessaisir d'un  tel moteur économique. Il faut le garder» insiste Erwan Le Moigne.
Concernant la lettre du Préfet exigeant la fermeture le 12 novembre Gérard Denoyelle est clair « l'État se réveille mais depuis 2006 il n'a rien fait, rien ne sera prêt le 12 novembre », il souligne des amendes très coercitives en cas d'ouvertures rebelles.

Vendredi soir la première délibération soumise au conseil municipal concernera la concession de la plage. « Pas question de défausser sur un tiers », « ce n'est pas ce que nous voulons » rappelle Erwan Le Moigne.

 

Auteur : LY | 08/09/2014 | 0 commentaire
Article précédent : « Le maire de La Baule abandonne la concession de la plage à l'État »
Article suivant : « Décret plages : La Baule et Pornichet ne sont pas sur la même position »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |  Tél. : Rédaction  |   Nous contacter