La Baule Infos

Pari réussi pour le premier ''Rendez-vous des écrivains''

Le public était au rendez-vous. Environ un millier de personnes de toute la Presqu’Île sont venues écouter les écrivains, discuter avec eux et faire dédicacer leurs livres ce week-end.

Cette première édition s'est bien déroulée, avec un début tout en humour lors du discours du maire, Yves Métaireau qui a fait quelques erreurs sur les invités (le mauvais pris de Philippe Lançon ou le César de Christophe Malavoy). Ils ont été annoncés, quelques ajustements ont été réalisés pendant le week-end. Il a fallu faire des changements de salle par exemple pour que tous puissent assister aux débats), sans trop gêner les spectateurs. Bref, deux journées bien remplies et bien appréciées par les amateurs présents comme cette Angevine, venue spécialement pour voir Jean-Christian Petitfils : « J'ai adoré. J’ai trouvé les conférences passionnantes et très variées. En plus, comme c’est une petite manifestation, les auteurs sont très abordables ! »
Un rendez-vous aussi apprécié des écrivains comme l’académicien Michel Déon, l’invité d’honneur, qui trouve « cette halte en novembre dans une ville magnifique, une récréation pour nous. Nous avons signé un contrat pour être tous bien élevés entre nous ! » Un sentiment partagé par d’autres, comme Catherine Decours qui y a retrouvé des amis. « Pour un coup d’essai, c’est un coup de maître ! Beaucoup de choix est offert, les rendez-vous sont souples et cool, tout en étant bien organisés ». L’engouement est contagieux et la majorité sont d’ores et déjà prêts à revenir, comme Jean-Christian Petitfils, habitué de La Baule qui trouve « la formule bien. Je reviendrai, si on m’y invite ! »
« Le seul problème, c’est que nous avons parfois eu trop de monde ! », s’amuse Stéphane Hoffmann. La majorité des conférences (le plus souvent trois en même temps) ont été complètes et plus encore. « Nous ne pensions pas avoir beaucoup de monde à celle sur Céline dimanche matin à 11 heures, mais si, le public était au rendez-vous », ajoute-t-il. Un bilan reste encore à faire, mais les choses sont bien parties pour la deuxième édition. À dans un an donc, pour les prochains Rendez-vous des écrivains.

Auteur : AP | 06/11/2011 | 3 commentaires
Article précédent : « Musiciens de père en fils »
Article suivant : « Michel Déon, Romain Sardou, Catherine Decours, … à Atlantia »

Vos commentaires

#1 - Le 07 novembre 2011 à 10h29 par greg, Pornichet
Magnifique week-end, y compris le concert à Atlantia; à renouveler
#2 - Le 08 novembre 2011 à 21h16 par Lemere
Quel dommage que Pornichet fasse de son coté une copie très pâle de ces rencontres!
L'association des deux communes, serait de beaucoup plus profitable.
Et la structure de beton , qu'est l' hippodrome de Pornichet n'invite pas , hélas, à autant de participation, le cadre ne s' y prête pas.
#3 - Le 15 novembre 2011 à 08h18 par Crahé, La Baule
CELINE TOUJOURS AU PURGATOIRE…
Stéphane Hoffmann en meneur de jeu attentionné, recevait entre autres tables rondes littéraires. Ce dernier week-end à Atlantia : Fréderic Vitoux auteur notamment d’une magnifique biographie sur Céline, et accessoirement Académicien Français ainsi que Philippe Lançon, non moins talentueux chroniqueur à libération.
Au menu donc Céline ; Céline qui aux yeux de certains, semble toujours aussi sulfureux et infréquentable. Celui-ci, admis de part le monde comme un des plus grands écrivains du XXème siècle, rompant c’est le moins que l’on puisse dire par le style et par le genre avec toutes les formes convenues, à travers « Le voyage au bout de la nuit » et « Mort à crédit », mais pas que ; Dont la lecture à bouleversé bien des générations de lecteurs dont je suis, et influencé plus d’un postulant à l’écriture, est aussi le malheureux auteur de pamphlets antisémites, qui le poursuivent encore, par delà sa tombe.
Quand le grandiose côtoie ainsi le nauséabond.
Ces pamphlets sont officiellement introuvables puisque Lucette Destouches (qui vient d’entrer dans sa centième année) la veuve de Céline, s’est toujours opposée à leur réédition. Devons- nous le regretter ?
Pour des raisons de risques d’exploitations tout aussi nauséabondes de ceux-ci, je ne le crois pas.
Ceci-dit, si nous devions demain, mettre à l’index tous les auteurs français et plus généralement occidentaux, qui au cours des deux derniers siècles ont dit ou écrit à un moment donné des horreurs, par ignorance ou bêtise crasse, sur tous les peuples qui ne leur ressemblaient pas, les catalogues des éditeurs subiraient alors une sérieuse cure d’amaigrissement.
Pour en revenir à l’autre façade magnifique, de Louis Ferdinand Céline, il est un petit chef d’œuvre moins connu, c’est sa thèse de médecine consacré à SEMMELWEIS.
Je ne sais pas si le jury de thèse était composé de grand médecins, mais de lecteurs séduits par un déjà grand auteur, c’est certain.

YVONNICK CRAHE ESCOUBLAC

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |  Tél. : Rédaction  |   Nous contacter