La Baule Infos

Ni la pluie, ni « Le Mans » n’ont douché l’enthousiasme au Marathon de la Côte d’Amour

Sur la ligne de départ au Croisic, les 936 participants de ce 8e marathon de la Côte d’Amour n’avaient que ces deux sujets à la bouche : la météo exécrable, qui une année sur deux, commence à faire la réputation de l’épreuve, et l’organisation « sauvage » d’un marathon « bling-bling » au Mans qui a fait perdre au peloton quelques unités. Mais l’expérience des organisateurs et des centaines de coureurs fidélisés au fil des années, ont assuré le succès de ce rendez-vous sportif majeur en Sud-Bretagne. Surprise chez les garçons avec la victoire du Bastiais, Julien Bartoli. Confirmation chez les féminines avec le triplé de Stéphanie Briand Viaud d’Endurance 72. Cette dernière s’adjuge également le titre régional, avec Thierry Foulhoux, sociétaire de la Côte de Jade Athlétic.

Si le vent avait soufflé à plus de 70 km/h en 2008, le dieu Eole a cette fois été un peu plus clément, rendant les conditions moins cataclysmiques. Toutefois, la pluie n’a jamais cessé, de quoi faire des économies d’éponges certes, mais aussi de multiplier les coups de froid même chez les coureurs les plus aguerris. C’est un peu ce qui est arrivé à Mounir Maroufi, la flèche Marocaine, que le public Croisicais, Batziens et Pouliguennais a vu faire le lièvre avec près de 4 minutes d’avance, avant de s’effondrer au 37e kilomètre, victime de sa fougue et des élements, malade à en vomir. 

Sur la ligne d’arrivée, au Stade de Prieux, on fait triste mine sous les gouttes. Alors que les premiers coureurs sont annoncés à 45 minutes, les organisateurs n’ont plus de jus, donc pas de sono et une structure gonflable bien mal en point. Heureusement, ils ont fait preuve de réactivité et les courageux qui ont pris place en tribune ont pu suivre le déroulement des derniers kilomètres en direct. Le speaker annonce un duel entre le tenant du titre, Morris Ngorege, du club de Maison Laffite, et le surprenant Julien Bartoli. Et c’est le Français qui va aligner le Kenyan dans les deux derniers kilomètres ! Surprenant de fraîcheur, il coupe la ligne en 2 h 30 mn 17 s, heureux d’avoir si bien géré ses efforts.

Quant au sort de son dauphin, il pose à nouveau le cas de conscience des nombreux sportifs Africains qui écument les courses sur route, à la recherche des primes. Il explique son coup de fringale sur la fin et la faim : « Je suis arrivé par le dernier train, hier soir. Je n’ai pas mangé depuis longtemps ». À vous couper un peu l’appétit, mais c’est aussi cela la réalité du monde des courses.

Mais Julien Bartoli n’est pas le premier participant à avoir franchi l’arrivée. Deux minutes avant, les premiers applaudissements ont salué la performance du duo « Les jeunes », vainqueur de la catégorie en 2 h 28 , devant « Gégébébert » en 2 h 37 mn. Cette année encore, la formule duo a rencontré un magnifique succès avec 150 équipes inscrites. Sportifs de clubs, copains, mari et femme, père et fils, se sont répartis le parcours en 18 et 24 kilomètres, se passant le relai à hauteur de Kervalet. Ce sont ces duos qui le plus souvent ont assuré le show dans la ligne droite d’arrivée !

Le scénario de la course féminine a été plus simple : deux coureuses… Et les autres. Le marathon s’est résumé à un superbe mano à mano entre Stéphanie Briand Viaud, déjà lauréate en 2006 et 2008 (Tiens, tiens... les années de pluie) et Corinne Herbreteau de l’AS Saint-Sylvain d’Anjou. 30 minutes d’avance sur leurs adversaires ! Et la victoire pour la Sarthoise en 2 h 45 mn 31 s. À noter qu’elle se classe à la 14e place du classement général.

Le marathon des passionnés

Ils sont 42 à avoir bouclé le marathon en moins de 3 h 00. Un exploit compte tenu des conditions climatiques. « La traversée des marais n’était pas trop difficile, mais les coureurs ont beaucoup souffert sur le parcours du remblai », note un organisateur. Sur les 936 athlètes au départ, 807 ont bouclé les 42 191 mètres. Tous sont allés au bout d’eux-mêmes, beaucoup se sont effondrés de fatigue, certains en pleurs, passée la ligne. Ils étaient tout de suite pris en charge par les secouristes, qui ont posé de nombreux pansements sur les ampoules mais aussi soigné les bleus à l’âme. De nombreuses scènes émouvantes : des poings serrés, des embrassades, des joies les yeux humides.

Clin d’œil à ceux qui ont fermé la route : le dernier homme, Jacques Le Goff du Spiridon 87 en 4 h 29 mn et la dernière féminine, Stéphanie Sivy, dans le même temps. Le marathon, c’est aussi des centaines d’enfants qui ont pris part aux Galopades dans les communes traversées. Mais c’est aussi l’humanisme dans l’effort comme ces enfants handicapés de Saint-Jean de Dieu qui ont couru avec les pompiers professionnels (habitués des plus grands marathons à Paris, Londres, etc.). Ils ont reçu une véritable ovation du public et de l’ensemble des participants lors de leur passage sur le podium. Autre moment fort, ce chèque de 4 000 euros remis par le Rotary Club à l’association des Paludiers de Guérande pour des actions de développements et de solidarité en Guinée.

Au sec, ils sont nombreux à être restés dans l’après-midi au village marathon pour la cérémonie de remise des prix. À l’origine de la création du marathon, le président de l’Office Intercommunal des Sports n’a pas caché sa satisfaction : « Merci à nos amis sportifs pour cette réussite ! Félicitations aux organisateurs et aux bénévoles de cette grande manifestation ! Et même si le temps n’était pas de la partie, l’essentiel c’est de participer. Bravo aux gagnants et bravo surtout aux 600 bénévoles ! ».

Support technique et administratif de la course, pour toutes les affiliations, inscriptions au calendrier des compétitions, autorisations préfectorales et officielles, le club « Courir à La Baule » est l’un des grands artisans de ce succès. Sa présidente n’a toutefois pas caché sa colère et s’est lancée dans une violente diatribe contre le marathon du Mans : « Vous vous en rendez bien compte, c’est difficile d’organiser une course. Et cette année, nous avons été mis en concurrence avec un marathon sauvage, oui, je dis bien sauvage ». Huées dans la salle. Elle poursuit : « Il faut le dénoncer. Ce n’est pas en invitant deux ou trois stars qu’on peut outrepasser les règles. Ces organisateurs n’avaient pas d’autorisation, c’est la porte ouverte à n’importe quoi. Vous, coureurs, soyez vigilants ! Sinon, des courses comme le marathon de la Côte d’Amour disparaîtront ». Acclamations du public et applaudissements de l’ensemble des élus des communes du Croisic, Batz-sur-Mer, Le Pouliguen, La Baule et Pornichet.

Les nombreux prix ont été distribués, dont ceux attribués par Media-Web. La liste des lauréats sera prochainement disponible sur les sites.

Auteur : Yoann Daniel | 04/10/2010 | 7 commentaires
Article précédent : « Résultats sportifs de la Baule »
Article suivant : « Des stars mondiales pour le Derby Kite 2010 »

Vos commentaires

#1 - Le 06 octobre 2010 à 07h53 par Géraudie Michel
Bravo pour votre marathon mais attention à ce que vous dites dans votre discours. Un marathon ne peut être sauvage dès l'instant où l'organisateur reçoit un accord préfectoral pour sa réalisation.
De plus on peut organiser un marathon sans être affillié à la ffa (c'est plus logique d'y être pour plein de raisons surtout sportives et aussi avec la participation du comité départemental et régional. L'organisateur du Mans a réalisé ce marathon à titre privé et nul ne peut l'en empêcher.Suite 2ième...
#2 - Le 06 octobre 2010 à 08h03 par Géraudie Michel
...donc Le Mans sauvage, pas du tout.
Faire venir des personnalités , c'est faire de la communication. Pourquoi pas à méditer pour vous en 2011? Le Mans ce sera demain une manifestation importante dans la Sarthe qui sera affiliée à la ffa en 2011, donc coordination des dates...pour info, il se déroule 70 marathons en France!!!
Amitié sportive Michel Géraudie
#3 - Le 06 octobre 2010 à 14h38 par Lanoé Pierre, Rennes
Je suis triste de lire le discours de l'organisatrice qui n'accepte pas la concurrence ... il faut savoir accepter que d'autres organisateurs se donnent les moyens de faire un bel évènement.. il y a de la place pour tout le monde.. et entre le mans et La baule, le kilomètrage est assez élevé. Il n'est pas sauvage le marathon du Mans .. c'est votre discours qu'il l'est !
#4 - Le 06 octobre 2010 à 18h24 par Michel Templier
A Lanoé Pierre
Monsieur j'ai entendu le discours de l'organisatrice. Ni Le Mans Ni Côte d'Amour n'ont intéret à ce que ce soit le même jour. C'est quand même pas difficile de s'entendre sur des dates séparées. C'est ce qu'elle a voulu exprimer laissant entendre que Le Mans a voulu passer en force. Pas sympa. Il ne s'agit pas là de libre concurence.
#5 - Le 07 octobre 2010 à 09h18 par DidierB
Bonjour

Pour info, le marathon du Mans se deroulera le 23 octobre 2011...

Donc plus de concurrence directe.
#6 - Le 07 octobre 2010 à 18h23 par Lanoé Pierre, Rennes
Que ce soit le même jour ou à une semaine d'intervalle, cela ne changera rien du tout.. personne ne fera 2 marathons dans le même mois ... en Plus Le mans n'a pas décidé d'embeter la baule ...
La baule n'est pas la capitale du marathon début octobre... surtout à 400km de distance... Arrêtons un peu !! C'est pas pro de taper sur la tête des autres ...
#7 - Le 13 octobre 2010 à 12h32 par jean renaud, Blagnac
bonjour

Participant au marathon de la cote d'amour le 3 oct , j'ai été scandalisé des propos tenus par cette présidente. en effet, je suis bénévole au marathon du médoc et nous ne somme s pas affiliés nopn plus a la FFa par choix. Nous sommes le 2em marathon francais pour autant. L'organisateur fait ce qu'il veut a partir du moment ou il a les autorisations administartives nécessaires.
J 'ai moi meme hesité entre lemans et la cote d'amour (je suis né a st nazaire) et j'ai pris le parti de faire la cote d'amour cette année.
Lorsque mes amis et moi avons entendu les propos diffamatoires tenus par cette présidente a qui ont a confié le championnat régional de marathon, mes amis coureurs et moi sommes restés bouche bée.
Je regrette d'avoir fait cette epreuve, qui plus est, sans interet particulier,.Surtout quand j'entends dire par d'autres collegues coureurs qu'ils se sont bien eclatés au Mans et que c'est a faire une fois dans sa vie.

La jalousie est un vilain défaut...Madame la présidente.
Des excuses s'imposent....

jean R

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |  Tél. : Rédaction  |   Nous contacter