La Baule Infos

La fermeture du collège Sainte-Marie confirmée

Malgré la mobilisation des parents d’élèves et du maire, le collège privé devrait fermer définitivement ses portes cet été. Le directeur diocésain évoque une réalité économique « qui n’épargne pas l’enseignement catholique ». Une situation « douloureuse » pour les parents d’élèves.

La décision du diocèse de Nantes est irrémédiable. Le collège privé Sainte-Marie fermera définitivement ses portes à la fin de l’année scolaire. « Toutes les hypothèses ont été étudiées, affirme Jean-Pierre Wellhoff, directeur diocésain. Ce n’est pas de gaieté de cœur que nous avons pris cette décision mais nous n’avions pas d’autre solution. » Ce responsable de l’enseignement catholique en Loire-Atlantique évoque en premier lieu la crise économique. « Depuis 20 ans, ce sont 20 M€ qui ont été dépensés dans le département pour des travaux d’entretien immobilier. Et, d’ici 2028, le diocèse devra rembourser un prêt de 10 M€. »

Rien que pour une mise aux normes de l’enseignement du premier degré (primaire), 30 M€ devraient être engagés. Jean-Pierre Wellhoff évoque également la suppression de la loi Falloux, qui visait à soutenir les investissements des établissements scolaires privés. « Les subventions du conseil général sont passées de 3 à 4 M€ mais la disparition de ce soutien a mis en difficulté les petits établissements. »

Problème démographique

Quant au transfert du collège baulois du centre-ville vers Escoublac, pour lequel un permis de construire avait été déposé et accepté, il aurait été trop coûteux. « La vente des locaux nous aurait rapporté entre 2 et 2,5 M€ alors que la seule construction revenait à 5 M€ », souligne le directeur diocésain, qui estime par ailleurs que passer d’un établissement de 200 élèves à 400 aurait été impossible : « Nous rendons 38,5 postes d’enseignant en Loire-Atlantique cette année. Je ne voyais pas comment créer un collège de cette taille nécessitant plus de moyens alors qu’ils doivent être revus à la baisse. »

Autre élément qui a pesé dans la balance en faveur de la fermeture du collège Sainte-Marie : « un problème de démographie dans le secteur de la presqu’île ». Avant l’annonce à La Baule, le collège de Guérande, qui compte 900 élèves, devait perdre deux classes et celui de Pornichet une. Finalement, avec le report des élèves baulois, les deux établissements voisins ne devraient pas perdre de classe. Guérande devrait même en gagner une.

Une annexe dans quelques années ?

Quant au personnel, les quelques personnes sous contrat privé ont toutes été reclassées, à l’exception d’une. Les enseignants, agents contractuels de l’Etat, devraient être reçus au diocèse cette semaine. Jean-Pierre Wellhoff assure qu’on leur proposera un poste « tout au plus à une demi-heure de chez eux ».

A l’annonce, les élus baulois avaient fustigé une décision brutale sans aucune concertation. Samedi le maire, Yves Métaireau, a rencontré l’évêque, Mgr Jean-Paul James, et Jean-Pierre Wellhoff. Un rendez-vous qui n’a pas fait fléchir le diocèse. Le maire leur a toutefois proposé d’étudier la possibilité de la création d’une annexe aux établissements guérandais et pornichétin. Cette solution avait été envisagée il y a quelques années et abandonnée à un moment où le collège comptait moins d’élèves. Le directeur diocésain n’exclut pas d’y réfléchir pour une mise en œuvre « dans quelques années ». Il affirme d’ores et déjà que des « financements complémentaires seront nécessaires ».

Une annonce « douloureuse »

Samedi après-midi, six parents d’élèves rencontraient l’évêque. L’annonce est « très douloureuse », confie Anne Le Frère, enseignante dans l’enseignement catholique et mère de deux élèves. « On s’est battu et on n’a pas été entendu », regrette-t-elle, estimant que le diocèse « fait passer un problème financier avant l’intérêt des enfants ».

Anne Le Frère estime que toutes les solutions n’ont pas été envisagées : « On aurait pu revoir le projet à la baisse, construire un collège accueillant moins d’élèves et financer sur vingt ans. » La mère de famille apprécie à Sainte-Marie « une ambiance qu’on trouve rarement ailleurs » et une prise en charge « de qualité ». Un de ses fils ira en seconde l’année prochaine. L’autre passe en 4e. « Dépitée », alors qu’elle est attachée à l’enseignement catholique, elle le laissera choisir son collège, quitte à se tourner vers le public.

Auteur : CC | 21/03/2011 | 2 commentaires
Article précédent : « L’enterrement du collège Sainte-Marie »
Article suivant : « La bibliothèque Henri Queffélec inaugurée »

Vos commentaires

#1 - Le 21 mars 2011 à 23h56 par famille, Mouzac
« La fermeture du collège Sainte-Marie confirmée » (labaule-infos.net – 21/03/2011)

« Une situation douloureuse » pour tous les enfants et la dizaine d'enfants avec handicap, maladie au sein du collège qui sont abandonnés par le comité diocésain et l’évêché.

"irrémédiable" après "irrévocable" - nous répondons "irrecevable".

"Toutes les hypothèses (n'ont pas) été étudiées",

"nous (avions) d'autres solutions" que la liquidation du collège,

"20m€ qui ont été dépensés (gaspillés !) dans le département" - Ste-Marie doit-elle être sacrifiée ?

"(aucune) difficulté (financière au sein de notre) petit établissement" – peut-être l’exemplarité gêne-t’elle ?

"il aurait été (moins) couteux" de construire (et même autofinancé!) que d'engloutir des millions dans des bâtiments catégorie 3 qui risqueront de fermer dans moins de 20 ans faute de nouveaux moyens face à de nouvelles normes encore plus contraignantes – l’enseignement catholique vient de se tirer une balle dans le pied déjà malade, mais il ne le sait pas encore !

"la seule construction revenait à (moins de 3m€ pour 2,2m€ d'apport estimé, soit un investissement de moins d’1m€ finançable par le collège lui-même),

"passer d'un établissement de 200 élèves à 400" n'était pas notre projet,

"nous rendons 38,5 postes d'enseignant en Loire-Atlantique cette année" - le collège Ste-Marie doit-il être la variable d'ajustement pour l'ensemble du département ?

« un problème de démographie dans le secteur de la presqu’île » ?!... – je vous joins à ce sujet le dernier rapport de l’INSEE (à priori, institut estimé sérieux…lui !)

« finalement avec le report des élèves baulois, les deux établissements voisins ne devraient pas perdre de classe. Guérande devrait même en gagner une » - sur ces certitudes, décidées en notre nom, suivons l’idée d’une maman d’élève lors de la dernière réunion de vendredi 18 mars au soir, d’inscrire nos enfants dans les établissements publics du secteur… mais je suppose que cela pourrait même arranger le CODIEC (comité diocésain de l’enseignement « catholique ») qui verrait d’un bon œil partir quelques élèves afin d’équilibrer sa comptabilité !

Parent dans la douleur.
#2 - Le 22 mars 2011 à 18h27 par prof, La Baule
Petite mise au point: jusqu'à présent, le personnel du collège, enseignant ou non-enseignant, n'a reçu aucune proposition ferme d'emplois, et à aucun moment, il n'a été question pour les enseignants d'être reçus au diocèse....

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |  Tél. : Rédaction  |   Nous contacter