La Baule Infos

La Baule se tient prête en cas de catastrophe

Un premier plan communal de sauvegarde a été élaboré par la Ville pour limiter l'improvisation dans des situations d'urgence. Il sera testé grandeur nature lors des prochaines grandes marées, en mars.
Yves Métaireau et Philippe Langlois.
Yves Métaireau et Philippe Langlois.

Près d'un an après la tempête Xynthia, la Ville se dote d'un plan communal de sauvegarde (PCS), un document qui devrait lui permettre d'améliorer sa réactivité en cas de situation grave. C'est aussi un outil « de nature à rassurer les populations qui vivent dans les secteurs à risques où il pourrait se reproduire des phénomènes climatiques », précise le maire, Yves Métaireau qui compte dans ses missions la sauvegarde des personnes et des biens.
Le premier édile pense d'abord aux tempêtes et inondations mais aussi, canicules, crises sanitaires, accidents... L'objectif de ce PCS est de « répondre à toutes les situations et éviter l'improvisation », résume Philippe Langlois, adjoint au maire chargé notamment de la gestion des risques. Il prévoit l'appui aux services de secours, le soutien de la population, l'accompagnement vers un retour à la normale ou encore l'alerte.

Un quartier informé en trois minutes

La Ville prévoit la mise en place de son propre réseau de surveillance. Quant aux systèmes d'alerte, deux niveaux ont été établis. Un premier système prévoit l'information instantanée de la population. « Entre le moment où le maire demande à ce que la population soit informée et le dernier coup de fil, il se passera moins de trois minutes », assure Philippe Langlois. Deux véhicules de la police municipale et des services techniques seront par ailleurs équipés de puissants haut-parleurs. « S'il se passe quelque chose, nous voulons que nos concitoyens se rendent compte que nous sommes sur le pont », souligne l'adjoint.
« À son paroxysme », le PCS prévoit la mobilisation de 250 agents communaux sur 300 et la quasi-totalité des élus qui se référeront à des « fiches réflexes ». Le réseau de surveillance peut être activé 24 heures sur 24. Le « gros classeur » qui résume les différentes marches à suivre sera tenu à jour. La pertinence d'un annuaire sera vérifiée « au moins deux fois par an », affirme Philippe Langlois. Au Grand Clos, où près de 180 maisons ont été inondées lors de la tempête Xynthia, ce sont 700 contacts téléphoniques qui ont été répertoriés.

Rassurer la population

« Il vaut mieux être armés, mobilisés voire entraînés pour permettre aux citoyens d'être rassurés », estime Yves Métaireau qui anticipe, à long terme, des risques liés au réchauffement climatique. « On est dans un secteur où la montée des eaux peut provoquer certains changements. » Des mesures de protection vont être mises en place dans les secteurs les plus fragiles. Le long de l'étier de La Baule-Le Pouliguen ou au niveau du pont situé à proximité du centre équestre, le maire prévoit des travaux d'ici la rentrée de septembre.
Le PCS sera quant à lui testé « grandeur nature » lors des prochaines grandes marées. Les 20 et 21 mars prochains, un coefficient de 118 est annoncé dans la baie de La Baule. Les 19 et 20, un réseau de surveillance sera mis en place et la météo sera suivie de près.

 

Auteur : CC | 12/02/2011 | 0 commentaire
Article précédent : « Le banc des chiens et la plage de La Baule »
Article suivant : « Défendre sans attendre »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |  Tél. : Rédaction  |   Nous contacter