La Baule Infos

La Baule, l’amour de mes 20 ans, je ne te reconnais plus.

Qu'es tu devenue l'amour de mes 20 ans ?

Je ne reconnais plus La Baule de mes 20 ans, malgré les renforts des forces de l’ordre, malgré la croissance des caméras de surveillance, la violence, le vandalisme, les exactions s’accroissent au fil des ans, pourtant avec un Maire, que je considère, omniprésent dans les médias nationaux prônant des solutions sur l’insécurité par la voix du sécuritaire absolu.

Une avenue De Gaulle méconnaissable mise à nu au regard du manque de pudeur de certains touristes, une avenue soldée, une identité vendue , La Baule mon Amour, je ne te reconnais plus, chaque jour passé a son lot de faits divers, ivresse au volant, bagarres, insultes, vols, harcèlements ...

Des faits divers relatés dans les médias nationaux, une carte postale écornée, j’ai honte pour l’Amour de mes 20 ans...

Nous sommes passés des paillettes nocturnes aux torches vives de nos forces de l’ordre transperçant l’obscurité, elle n’est pas belle notre ville la nuit.


Aujourd’hui, nous restons dans l’entre-soi, souvent en famille, parfois cloisonnés entre vieux amis, dans nos maisons, nos appartements, nos locations par peur du bourre pif gratuit, de l’insulte, de la mauvaise éducation, de la mauvaise rencontre, une insécurité visible aux chants des sirènes, jour et nuit, de nos policiers hurlants à grande vitesse, une mauvaise série B (auloise) d’une mauvaise série noire.

Nous devenons une cible prioritaire d’une politique de la ville, impensable, je suis triste.


Je ne reconnais plus La Baule de mes 20 ans.

J’ai honte pour ma ville.

Monsieur le Maire nous suggère un couvre-feu sécuritaire pour nos jeunes à 23 h parce que des voyous instituent la terreur, ce n’est pas à nous de nous confiner, ce n’est pas à nos jeunes d’être confinés, l’injustice de la double peine.

Serait-ce un conseil d’une municipalité fataliste, un conseil de facilité de nos élus face à ces fléaux qui nous polluent et grignotent peu à peu notre tranquillité d’antan ?


Monsieur le Maire, ce serait un revers contre nos droits républicains, un revers contre notre état de droit, de s’effacer face ces torpeurs, ne baissez pas la garde républicaine...ne nous décevez pas.


Je me souviens, adolescent avec mes amis regardant le clair de lune sur la plage, je suis triste pour notre jeunesse.


Une pensée pour nos commerçants, nos restaurateurs, déjà lourdement impactés par cette crise sanitaire depuis 16 mois, ouvrent leurs établissements le matin, la boule au ventre, angoissant, sur des possibles dégâts matériels, sur des possibles comportements d’incivilités.


A ces mots que j’adresse au plus haut représentant de notre ville de La Baule devenue une simple halte balnéaire aux faits divers médiatiques, je vous dis :

Vous, Monsieur le Maire, qui avez des solutions à tout, en vous écoutant toutes les semaines sur les médias nationaux, il est temps de réagir ! Vous qui êtes le fer de lance de la lutte contre l’insécurité, j’ai voté pour vous en majorité pour votre programme sur cette thématique, Maintenant, des paroles et des actes !

Il y a urgence.

Je n’ose penser me séparer à jamais de la ville de mes amours de mes 20 ans.

Auteur : MJ | 21/07/2021 | 12 commentaires

Vos commentaires

#1 - Le 21 juillet 2021 à 16h40 par Simon, La Turballe
Maréchal, nous voilà ! 🎶🎵
#2 - Le 21 juillet 2021 à 17h32 par Bravo, La Baule
Ces problèmes ont commencé sous l'époque Métaireau. Il est difficile de trouver un juste équilibre entre La Baule endormie et La Baule festive. Ce n'est pas en faisant de la com avec la police à cheval que l'on avance.
#3 - Le 21 juillet 2021 à 21h29 par Emma le retour
MJ
Votre témoignage me touche beaucoup, par son aspect nostalgique bien sûr mais surtout par ce que votre "malaise" aurait pu être évité. oui La Baule a changé, mais la France aussi, le Monde aussi. Cependant la situation que vous évoquez est à la fois normale et pas normale. Pas normale par ce que vous avez le droit à la tranquillité de jour comme de nuit. Il n'est pas normal de ressentir de l'inquiétude ou de l'anxiété par ce que le climat extérieur est inquiétant, excité , violent, menaçant. Vous devriez jouir de la liberté "d'aller et venir" ( expression de droit constitutionnel) dans votre ville, jour et nuit sans crainte.
Maintenant la situation est normale du fait qu'elle était prévisible et conséquente au contexte d'enfermement , de frustration, d'isolement. Depuis 18 mois nous avons été incarcérés à plusieurs reprises, étouffés. A la veille des élections territoriales on nous laisse entendre que nous sommes libres! oh joie! surtout libre d'aller aux urnes. ..puis , après les élections: v'la le variant Delta! marche arrière, tout le monde aux abris dans certaines régions faut remettre le masque( à gaz symboliquement!). Contrôle des papiers! Comment voulez-vous que dans ce contexte paradoxal et frustrant la jeunesse n'explose pas?. Ceci était prévisible. Le Maire savait très bien que nous serions confrontés à cette situation puisqu'il prônait l'ouverture des boites de nuit dès la fin juin afin que ce soit ces établissements qui gèrent le problème pour qu'il puisse s'exonérer de toute responsabilité sur la voie publique. Il me semble qu'il n'a pas fait face. Ces évènements étaient prévisibles :des mesures de prévention auraient du être anticipées.
Gouverner c'est prévoir.
#4 - Le 22 juillet 2021 à 00h38 par Jossopas
Le c'était mieux avant cher MJ n'est que votre refus de voir l'inéluctable qui VOUS attend.
Rassure vous parmi ceux qui ont vingt ans aujourd'hui, il y en aura qui penseront comme vous au crépuscule de leur vieillesse. Heureusement comme aujourd'hui ils ne seront pas les plus nombreux comme vous l'êtes aujourd'hui.
#5 - Le 22 juillet 2021 à 09h50 par Fred
Et vous oubliez le bruit infernal de certains 2 roues et voitures (beaucoup d’autres véhicules comme le petit train sont très silencieux) qui pétaradent, accélèrent entre les rondpoints uniquement pour faire du bruit, les motards qui stationnent sur les trottoirs et allument leur moteur plusieurs minutes avant de partir…

Jamais vu un contrôle ou une verbalisation et le maire, qui se dit lui même motard, est bien laxiste et inefficace contre ces incivilités.
#6 - Le 22 juillet 2021 à 10h54 par LPG, La Baule
Tout est, en grande partie vrai. La délinquance, dûe en majeure partie aux jeunes ados, (certainement désespérés vue leur capacité à descendre les bouteilles d’alcool 😩) est très importante cette année et surtout plus tôt dans la saison que les années précédentes.
Mais, que les faibles rondes de FDO commencent par verbaliser les constantes incivilités des vélos : feux rouges, sens interdit, stop…
#7 - Le 22 juillet 2021 à 18h57 par Charouin
Emma...."incarcérés, étouffés" dites-vous. Cela a dû laisser des traces chez vous. Très souvent dans les excès vos différents commentaires.
#8 - Le 22 juillet 2021 à 20h49 par Emma le retour
Jossopas, vous évoquez "l'inéductable", vous êtes très fataliste. Il n'y a rien d'inéductable dans la situation évoquée par MJ. Il n'y a qu'une faiblesse de gestion en matière de sécurité et de prévention des risques de crise.
La prévision, l'anticipation, la prévention inscrites dans une dynamique globale de coopération constituent l'élément majeur de la sureté. la force ne devrait être l'outil que de l'urgenc e imprévisible .Exemple: LPG évoque l'alcool et les jeunes. les jeunes regardent les adultes et répètent leurs traditons: l'alcool culturellement, est au coeur de tous les évènements et célébrations de notre vie.Imaginons l'ouverture d'une bouteille de vin pétillant. Nous savons que si nous n'accompagnons pas le bouchon, celui-ci va se propulser avec grand brut ( on se fait "péter" une bouteille) au risque d'arrêter sa course dans l'oeil de celui qui est en face et de faire déborder le liquide. si on prévoit cers risques on accompagne tranquillement le bouchon et on sert ses convives tranquillement ( sauf celui qui doit raccompagner les autres). On prévoit de déplier le canapé au cas où...le processus aurait dû être exactement le même dans ce contexte que nous vivons. Nous savions que nos enfants ( neveux, voisins, élèves, petits enfants...) allaient sur cette période estivale et festive arroser plusieurs célébrations:
Réussite aux examens, retrouvailles ou rencontres, sortir du contact vituel pour la proximité physique et sensorielle, retrouver les odeurs, partager, trinquer, manifester une joie de vivre ..."boire un petit coup c'est agréable...buvons encore une dernière fois à l'amitié , l'amour, la joie" nous le leur avons appris.
Assurons notre transmission. Ce sont la lucidité , la loyauté qui permettent une politique de sûreté honnête, efficiente et efficace. la police ne devrait avoir qu'un participation de dernier recours dans cette situation d'été 2021.
#9 - Le 22 juillet 2021 à 21h05 par Emma le retour
Des Maraudes auraient du être constituées bien en amont et bénéficier d'une formation collective.
Ces Maraudes ( groupe de personnes qui se cooptent dans une démarche préventive et humanitaire) auraient rassemblé des éducateurs de prévention, des médiateurs, des retraités bénévoles, des pompiers, des membres de la croix rouge et des associations
de prévention des addictions pour aller vers les groupes de jeunes dès le début de soirée non pas dans une démarche moralisatrice mais dans une démarche d'accompagnement de prévention des risques et d'observation. Cela en lien avec les services de police Nationale et Municipale: "Compte-tenu de la dynamique et d'une excitation naissante à la terrrasse de tel bar de la plage à 21H nous vous informons qu'un débordement est à craindre à cette adresse dans les 2 heures qui viennent; nous observons une grande consommation d'alcool et la circulation de joints...nous restons auprès de ce groupe pour tenter de canaliser cette montée en pression". Cette démarche existe dans d'autres villes . Pourquoi pas chez nous? est-ce impossible? et sommes -nous dans l'inèductable ? Non
#10 - Le 25 juillet 2021 à 02h33 par Alex Kovalev, La Baule Les Pins
D'apres la carte postale le "La Baule de mes 20 ans" de MJ doit être celui de la fin des années 60 (Renault 4, et Citroen DS19...). Mr ou Mme MJ doivent donc avoir dans les 80 ans; il est fort probable que se pose un problème de trous de mémoire quant a la connaissance de l'historique de la deliquence et de la criminalité dans la station bauloise, sans oublier qu'il est bien connu que l'amour a cet age ait pu rendre certains sens disproportionnés. On peut meme penser que la generation précédente a Mr ou Mme MJ qui avaient 20 ans a la Belle Epoque des Bains de Mer, trouvaient scandaleuse l'evolution des moeurs et habitudes a La Baule tels que vus en 1970 ! Il y a toujours eu des vols, des degradations, divers délits et escroqueries, des bagarres dans les bars, les boites, clubs, dancings, manifs...il suffit de lire les statistiques.
La Baule a un équipement culturel, sportif, artistique...pour les residents et les touristes, absolument exceptionnel et les gens quelque soit leur age n'ont aucune excuse pour sombrer dans l'oisiveté et la débauche. Laissons chacun mener sa vie comme il le souhaite et bonne chance a tous. Ceux qui se mettent hors la loi doivent en payer le prix. La Municipalité a bien compris l'aspect primordial de la sécurité , mais ne peut mettre un gendarme derriere chacun .
#11 - Le 31 juillet 2021 à 19h59 par Bernard, La Baule
Faire tout reposer sur les forces de l'ordre, municipales ou nationales, est assez facile.
A lire certains, il faudrait un homme en bleu à chaque carrefour 24h sur 24.
Le maire peut faire avancer les choses, mais il n'a pas tous les pouvoirs.
Par ailleurs, et c'est peut-être le plus important, personne ne parle des parents et de l'éducation de leurs enfants, ados ou plus grands.
C'est quand même à ce niveau qu'il faut aussi d'abord travailler...
Médias, agisser pour que les parents se réapproprient leur rôle d'éducateurs, même en vacances !
#12 - Le 01 août 2021 à 14h00 par Emma le retour
Bernard#11: vous avez tout à fait raison en ce qui concerne le rôle des parents.

Parfois on oublie l'évidence et l'élémentaire. Outre l'éducation ce sont bien les parents , qui ont l'obligation selon la loi, de surveiller et protéger les enfants (on est enfant jusqu'à 18 ans).Sans parler de la responsabilité d'apporter réparation en cas de dommage au civil ( même si l'enfant est responsable pénalement). Bernard vous posez là le problème de la place et du rôle de chacun.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web Régie par : Agence de presse et marketing Images & Idées - images-et-idees@mail.ch CH 1847 Rennaz
www.media-web.fr  |   Nous contacter