La Baule Infos

La Baule Guérande : Sandrine Josso a voté contre le prolongement de l'état d'urgence sanitaire

La Députée de la 7e circonscription de Loire-Atlantique a dit non au prolongement de l'état d'urgence sanitaire, elle explique son vote.

Crise sanitaire : Vigilance face à nos libertés

Sandrine Josso
Sandrine Josso

« La semaine dernière bien qu'étant pour le déconfinement de notre pays j'ai voté contre le plan de déconfinement du gouvernement, aujourd’hui en cohérence, je vote contre ce projet de loi Pourquoi ? Tout simplement ce projet de loi traduit les modalités de la stratégie adoptée le 29 avril 2020.

 

Je réitère, écoutons nos élus, écoutons nos collectivités, écoutons les territoires, écoutons nos médecins, écoutons nos spécialistes. Les décisions transpartisanes auraient été sans nulle doute, sans polémiques. La réflexion collégiale est toujours plus forte qu’une réflexion restreinte, confinée au château, en période de crise.

Sur le fond, ce prolongement de l’état de l’urgence est sous l’égide de deux têtes, l’exécutif et l’avis du conseil scientifique, or pour ce dernier, il est consulté exclusivement par ce même exécutif. Cela ne fait que conforter cette volonté du huis clos entre ce conseil et l’exécutif.

Il est anormal qu’aucun élu du peuple de cette Assemblée ne soit informé des échanges tenus au sein de ce dit conseil scientifique.

C'est un simulacre de démocratie, cela contribue à diminuer encore plus le rôle de contrôle du parlement avec un défaut d'ascendance entre les territoires et Paris qui perdure. Ce qui est dévastateur et qui alimente la défiance du pouvoir centrale à gérer cette crise. (72 % des Français pensent qu’ils seront reconfinés source Le Figaro). Qui veut-on protéger ?

De plus ce texte réduit les responsabilités des ministres face à la gestion de cette crise du Covid-19, ce qui me permet d’alimenter le doute.

Sur la forme, concernant le lancement d’un système d’information, en lien avec l’Assurance maladie, « destiné à identifier des personnes infectées » et « à collecter des informations » sur les personnes en contact avec elles, afin qu’elles s’isolent si besoin, selon le ministre de la Santé. Des « brigades » ou « anges gardiens », notamment agents de la Sécu, seront chargés de faire remonter la liste des cas contacts

Je suis respectueuse des libertés et de la protection des données personnelles, et je doute du secret médical dans ce cadre, je suis en accord avec les propositions du Sénat, la création d’une instance de contrôle, d’un droit individuel d’opposition à l’inscription au fichier, et encore d’une dérogation au secret médical limitée dans la durée - celle de l’état d’urgence sanitaire -, et pour le périmètre - uniquement les données concernant l’infection par le virus.

Je doute que le secret médical soit respecté et qu'en serait-il de l'efficacité opérationnelle de ce dispositif au regard des nombreux dysfonctionnements de nos institutions nationales et régionales. Nous avons constaté les erreurs volontaires ou involontaires de communications concernant les commandes des matériels de protection ainsi que la logistique. « Bas les masques »

 

A trois jours de la rentrée scolaire progressive,

Pour les écoles, il aurait mieux valu parler " d'une garderie studieuse "et d'une volonté d'éduquer nos enfants aux gestes barrières.

Dans cet esprit, la contribution des familles et du corps éducatif à l’effort national auraient permis de préparer la rentrée de Septembre avec plus de sérénité.

Nous allons devoir vivre avec le virus jusqu'à ce que l'on trouve son remède, préparons l'avenir dans la transparence et avec humilité face à ce Covid 19 si déroutant, la communication ne doit pas être le nerf de la « guerre ».

09/05/2020 | 3 commentaires
Article précédent : « La Baule : Sandrine Josso dépose plainte contre des commentateurs anonymes »
Article suivant : « L’échec cuisant des comités En marche »

Vos commentaires

#1 - Le 10 mai 2020 à 10h41 par Jossopas
Au moins cette fois prend elle position.

Pour autant sur la protection du secret médical, je ne suis pas d' accord.
En cas de tuberculose ou variole le médecin a obligation de déclaration, cela ne choque personne. Le COVID-19 est une maladie infectieuse, pas honteuse.

Il va de l'intérêt de tous à ce que chacun si détecté ou malade le fasse savoir tant que le vaccin ou le traitement ne sont pas encore là.

Pour le conseil scientifique d'accord, il serait déjà bien de voir ce que certains disaient avant la crise puis pendant celle-ci.
#2 - Le 10 mai 2020 à 20h10 par Michèle Adam, Pornichet
Madame la députée explique son vote en évoquant la cohérence avec son vote précédent concernant le plan de déconfinement. C'est un point de vue qui doit être respecté.

Cependant , compte-tenu de la multiplicité des incertitudes concernant le virus lui-même,les vaccins, les traitements et le comportement de la population dans cette amorce de déconfinement, il me parait indispensable de prolonger cet état d'urgence d'autant plus que la durée de cette prorogation ( 24 juillet 2020)parait plutôt raisonnable. Gouverner c'est protéger, c'est gérer l'ingérable et prévenir l'imprévisible.

Ceci n'empêche nullement les collectivités locales et autres acteurs territoriaux d'étre écoutés, pris en compte et invités à être force de propositions. Beaucoup d'entre eux ( niveau municipal, interco, Départemental, Régional) n'ont pas attendu les Directives de l'Etat pour se coopter et former une sorte de "conseil de famille" pour réflèchir ensemble dans une démarche protectrice de la population.
Le secret médical ne peut pas être appréhender stricto sensu."Le secret partagé" est un sujet de réflexion au quotidien pour les professionnels de santé et les travailleurs sociaux: au centre de ce débat demeure l'intérêt du patient , de l'usager , du citoyen.
En ce qui concerne les écoles les enseignants devraient être épaulés par des éducateurs , des animateurs, des moniteurs car la priorité n'est pas de rattraper les lacunes de programme occasionnées par le confinement mais de faire sortir l'enfance et la jeunesse d'un enfermement entre 4 murs pour leur redonner la liberté ( si naturelle pour eux) de s'ébattre en plein air avec des encadrants qui sécurisent cette liberté . ceci n'exclue pas la posture éducative.
Il est donc préférable , compte-tenu de cette période de crise anxiogène, de faire converger les énergies vers un " faire ensemble pour les autres"que par une contradiction stérile, systématique ou partisane.
#3 - Le 11 mai 2020 à 11h14 par Air
D'accord avec Jossopas pour réaffirmer que le secret médical dans certains cas (et en particulier des maladies contagieuses comme la tuberculeuse) doit être levé.
Les dispositions pour identifier les personnes infectées sont une absolue nécessité si l'on veut être plus fort que ce Coronavirus.

Je serai personnellement reconnaissant qu'on me contacte en m'informant avoir été en contact avec une personne infectée et aussi pouvoir protéger les autres.

Je vais me dépêcher de télécharger l'application Covid-19 dès qu'elle sera disponible pour les mêmes raisons et je n'ai aucune paranoïa ou angoisse pour mes libertés individuelles
Vive la technologie et la discipline collective dans ce cas.

Nota: j'avais voté pour cette mme Josso aux dernières législatives et je regrette ce choix en m'étonnant qu'elle n'ait pas encore eu la décence de démissionner suite à ses comportements. Vu son score aux municipales de La Baule je ne suis pas le seul à penser la même chose

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web Régie par : Agence de presse et marketing Images & Idées - images-et-idees@mail.ch CH 1847 Rennaz
www.media-web.fr  |   Nous contacter