La Baule Infos

La Baule : Comme chaque année la chaleur provoque l'arrivée des algues vertes

La chaleur des dernières semaines a favorisé la prolifération des algues vertes qui se sont déposées sur la plage de La Baule.

Le concessionnaire de la plage, Véolia,  prétend sur France Bleu « qu’elles ne sont ni toxiques, ni dangereuses. C’est bien mal connaître le phénomène des algues vertes.

Les algues vertes sont générées par les nitrates et les phosphates directement liés à l’agriculture massive, d’après les différents rapports d’Ifremer

Depuis que l’on a avoué que les algues vertes tuent par les gaz qu’elles produisent en se décomposant, il existe un risque ; « C’est à l’agence sanitaire de faire respecter les normes en vigueur ». Déclarait le spécialiste de la question André Olivro.

« Les algues vertes se développent aussi chez nous parce qu’il y a un excédent de nitrates et de phosphates qui arrivent dans la baie de la Presqu’île ».

Pour l’instant, le concessionnaire de la plage enlève les algues vertes chaque nuit. Depuis des années que l’on évoque ce sujet, il serait temps que les pouvoirs publics se penchent réellement sur la question.

Des progrès ont été réalisés dans les Côtes d’Armor, mais la Loire-Atlantique et le Morbihan restent touchés par le phénomène et en particulier sur les eaux de ruissellement qui arrivent des hauteurs de la Vilaine.

Comment se forment les algues vertes

Certaines zones côtières principalement les baies sont envahies d’algues vertes. On parle alors de « marée verte ». Le développement de ces algues est lié au phénomène d’eutrophisation. Cette prolifération de micro ou macro algues entraîne des gênes, des dégradations ou des nuisances dans le milieu aquatique. 

Les algues vertes  (ulves) se nourrissent préférentiellement d’azote qui est en faible quantité dans le milieu marin en particulier du printemps jusqu'en automne. Dans des zones côtières confinées, les apports plus ou moins continus de nitrates, substances chimiques naturelles participant au cycle de l’azote, proviennent des rivières se déversant directement dans le milieu marin. Ces nitrates favorisent alors le développement excessif des algues vertes. 

Elles représentent une gêne, pour :

- les activités touristiques (plagisme, baignade, pêche de loisir avec filet, nuisances olfactives et visuelles),

- la pêche en particulier à la telline ou la pêche côtière, l’activité sur les zones conchylicoles où les algues colmatent les filets, les tables à huîtres et les bouchots à moules, la pêche au filet et le dragage dans la baie de Douarnenez, les récoltants d’algues.

L’accumulation d’algues vertes peut aussi être à l’origine d’une diminution de l’oxygène dans l’eau entrainant une mortalité des coquillages, poissons et organismes des fonds marins. Elle peut également asphyxier les herbiers de zostère. 

L’origine des apports de nitrates dans le milieu marin est essentiellement agricole. La concentration en nitrate devrait être  inférieure à 10 mg/l dans certaines rivières.Les mesures de 2016 faisaient état de 50mg.

 

Pratique :
André Ollivro est l’auteur des livres : Le scandale des algues vertes et Les marées vertes tuent aussi

Auteur : NG | 02/08/2018 | 6 commentaires
Article suivant : « La Baule : Une jolie fresque pour l’arrivée des voyageurs »

Vos commentaires

#1 - Le 03 août 2018 à 08h26 par champeyrache, Pornichet
merci à André Ollivro.
Il faut (oui, il faut) effectivement traiter le problème à la racine (donc dans l'agriculture). Veolia sur la plage ne fait que dépenser de l'énergie pour colmater les effets du mal : peine perdue d'avance ! Tant que la gène ne dure que l'été, il est à prévoir que rien ne changera ...
#2 - Le 03 août 2018 à 11h14 par presqu'ile, Le Croisic
Sur le pourtour de la côte du Croisic entre Saint-Goustant et la pointe du Croisic c'est parfois irrespirable, surtout à basse mer, avec la fermentation de ces algues vertes. Les communes n'ont "peut être" pas les moyens d'intervenir
par contre "CAP ATLANTIQUE" en charge des territoires et le Département se doivent d'intervenir dans l'intérêt des personnes et des animaux terrestres et maritimes.
#3 - Le 04 août 2018 à 21h31 par Verbe, La Baule
Cet aveu d’impuissance et ce défaut de communication des différentes municipalités est affligeant ! Le tourisme et l’immobilier secondaire font vivre la presqu’ile et les élus sont inexistants !
#4 - Le 04 août 2018 à 23h30 par LOGEAIS, 91120
Avoir une si belle plage (le pouliguen La Baule Pornichet) .... et ne rien faire depuis des années (algues vertes) dès que le thermomètre s’emballe un peu, contre les pollueurs CONNUS est juste un scandale SANITAIRE.... qui plus est en pleine vacances.
Quelle belle publicité pour la Cote d’Amour...
Promis, je m’en ferai le relais !!!
Alain Logeais
#5 - Le 05 août 2018 à 14h18 par Lol, La Baule
Que de démagogie :
1) le problème est résolu en Bretagne (sous entendu chez nous on fait rien) par contre la source pointée dans l'article est la Vilaine.

2) renseignez vous les algues sur la plage de La Baule ne sont pas des îles

3)M.LOGEAIS merci de nous donner le nom des pollueurs "connus", ou d'aller les voir vous même...
#6 - Le 09 août 2018 à 01h07 par Objectif 2020
Visiblement en Presqu'île, les camping-cars gênent plus que les algues selon les élus !!!

Habitant à l'année sur la côte du Croisic, je confirme que l'odeur est parfois forte surtout en période de canicule comme cela a été le cas dernièrement.

Les communes pourraient intervenir davantage si l'argent ne serait pas dépenser ailleurs et n'importe comment!!!

Je préfère avoir une plage et des rues propres plutôt qu'une salle de spectacle très couteuse qui ne servira que très peu (référence à la Salle Jeanne d'Arc qui nous coûtent les yeux de la tête!!!)

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web Régie par : Agence de presse et marketing Images & Idées - images-et-idees@mail.ch CH 1847 Rennaz
www.media-web.fr  |   Nous contacter