La Baule Infos

L'économiste Nicolas Bouzou analyse et conseille La Baule

Yves Métaireau, a souhaité être conseillé sur les orientations à donner à La Baule pour les prochaines années. Pour cela il a commandé une étude sur l’attractivité et le développement économique de la ville à Asterès, cabinet d'analyse économique et de conseil. Nicolas Bouzou, fondateur, et Juliette Hubert étaient à Atlantia pour en présenter les résultats.
Nicolas Bouzou
Nicolas Bouzou

Trois volets ont essentiellement été abordés : les mutations économiques, la situation économique de La Baule et les risques pour le futur. Pour Nicolas Bouzou « on est dans une mutation économique qui rebat beaucoup les cartes »

L’étude révèle la bonne situation économique de La Baule dans un secteur touristique extrêmement performant, « la fréquentation touristique a beaucoup progressé ces dernières années +3 % contre 1 % en France. » « Ce point positif peut devenir un danger à cause d’un contexte économique hyperspécialisé. » Ajoute l’économiste. »

Mais tout n’est pas rose pour autant, hors tourisme, l’emploi a diminué de 3 % en 10 ans, le casino de La Baule est confronté à un marché saturé et en déclin. Les activités sportives sont gérées par des associations de bénévoles, non-créatrices d’emploi.

L’étude révèle que face à l’accroissement économique des pays émergents, l’accélération des innovations technologiques, et le vieillissement démographique, les risques et les conséquences sont multiples :
- Accroissement de la concurrence en provenance des pays du Maghreb,
- L’augmentation des prix de l’immobilier peut devenir excluant pour les classes moyennes y compris supérieures.
- Le risque de conflits intergénérationnels entre une population de familles désireuses de bénéficier d’un centre-ville et d’une plage animée et une population de seniors recherchant avant tout la tranquillité.
Pour Nicolas Bouzou « La Baule vieillit : les sexagénaires sont en augmentation, un quart de la population aujourd’hui et un tiers dans 10 ans."

7 préconisations pour assurer l’avenir de l’économie bauloise :


1- Poursuivre l’embellissement de la station ;
2- Renforcer la vocation touristique et l’offre sportive « en faisant une plus grande place au vélo."
3- Renforcer l’attractivité de la ville vis-à-vis des familles permettra d’atténuer son vieillissement en réservant une partie des logements en HLM, en créant des pistes cyclables et un centre-ville piétonnier ;
4- Infléchir la spécialisation, pour cela Nicolas Bouzou suggère de « faire venir des entreprises de service en centre-ville (Beslon n’est pas La Baule) et laisser un peu plus de place aux bureaux."
5- Aller vers d’avantage d’animation par une plus grande tolérance envers l’animation naturelle : terrasses, bars, restaurants de plages… Et un soutien aux animations événementielles ;
6- Communiquer à l’étranger « La Marque La Baule est incroyablement connue en France, mais peu à l’étranger » « il y a là un fort potentiel de développement, il faut faire venir les Chinois » assure Nicolas Bouzou.
7- Réduire l’impact du développement sur les ressources naturelles par l’accompagnement d’une politique écologique.

Les réactions étaient partagées à l’issue de la réunion pour les sceptiques :

Cette étude ne dit rien sur le changement des habitudes de vacances des Français à cause des RTT et de la situation économique. Elle pourrait suggérer les possibilités de développement de tourisme maritime hivernal, c'est un succès de fréquentation en novembre et décembre pour quelques stations du littoral breton. Elle ne dit pas si la politique de communication touristique a été la bonne ces 20 dernières années.
On regrettera en fin d’étude le faible nombre et le manque de diversité des personnes consultées. Par contre cette étude a le mérite de dire tout haut ce que beaucoup pensaient tout bas. Elle aura permis de donner des orientations aux politiques. Reste à savoir ce qu’ils en feront et si leurs choix ne seront pas guidés par des considérations électoralistes. Elle va certainement susciter commentaires et réactions dans les prochaines semaines.

Les forces et les faiblesses de La Baule

Auteur : JBR | 10/04/2011 | 5 commentaires
Article précédent : « Un homme essentiel à La Baule »
Article suivant : « « J'aime ma maison », une rencontre entre les matériaux et les couleurs à La Baule »

Vos commentaires

#1 - Le 11 avril 2011 à 09h16 par  Xavier de la Fouchardiere
Je ne suis pas d'accord avec l'affirmation de Nicolas Bouzou concernant la non création d'emplois par les Associations .La Baule Tennis club avec 13 bulletins de salaire le mois dernier et une équivalence plein temps de 6 démontre le contraire .Quand à l'acceuil des vacanciers je tiens à préciser que nos sites du Garden et du Sporting sont ouverts 7 jours sur 7 .
La part de notre chiffre d'affaires pour les 3 mois d'été représente de 40 à 45 % de notre CA annuel et nous avons dans nos tournois 2500 joueurs .Il faudrait etre inconscient pour ne pas jouer à fond la carte du Tourisme .Pour en terminer j'invite l'intervenant de la salle qui a critiqué la qualité des terrains de tennis (sans citer La Baule Tennis Club) a venir voir la qualité de nos terres battues quasiment toutes refaites pour les vacances de Paques
#2 - Le 11 avril 2011 à 11h21 par Sylvie
Youpi grâce à Monsieur Bouzou on fera concerts sur la plage et apéro géant plage benoît ! La Baule change !
#3 - Le 11 avril 2011 à 13h11 par mft, GuÉrande
Il est dommage que cette étude ne soit faite que pour la ville de La Baule. Il faudrait y associer tout le territoire de la presqu'ile, de Cap Atlantique à St Nazaire car c'est la diversité de l'offre qui stimule l'emploi comme le tourisme.
Espérons que M. Métaireau prenne conscience cependant que son manque d'audace commence a être un sérieux handicap.
Le projet de Belvédère sur la grande dune d'Escoublac (la deuxième plus haute de France,avec histoire sur le village enseveli) me parait être une opportunité à forte attractivité qui concerne toute la presqu'ile mais dont le sort n'est qu'entre les mains de la seule La Baule la commune la plus frileuse.
D'autres projets pourraient aussi voir le jour s'il y avait une réelle concertation et volonté de travailler ensemble.
#4 - Le 11 avril 2011 à 16h10 par ASSEZ
Bon, j'espère que cette étude n'aura pas été payée trop cher.
Parce que tout de même, beaucoup de lapalissades là-dedans, et des constats que le résident ou le touriste lambda auraient pu faire tout seul.

Mais ce regard extérieur, est sans doute nécessaire pour être admis par tous, et donc à le mérite d'exister.

Reste à savoir ce que la municipalité de La Baule va en faire.

Par exemple en ce qui concerne l'hyper-spécialisation touristique.
A quand un vrai schéma Presqu'îlien dans ce secteur ?

Quand on constate que sur Pornichet le seul hippodrome canibalise et pour de nombreuses années un budget (12,5 M€) qui aurait dû faire partie d'une étude sur la Presqu'île.

Et je suis sûr que chaque commune à son exemple de repli sur soi-même.

MM les élus, il n'est pas trop tard pour soigner les dégats faits à cette magnifique région, et construire un espace touristique à dimensions humaines. Loin de vouloir créer un musée, ou au contraire construire un petit Miami.
Il n'est pas trop tard pour créer un espace touristique différent de ce que l'on trouve ailleurs, pour attirer des touristes qui veulent tout à la fois partager un équipement naturel, qu'est la baie et pouvoir y associer des activités autres quand la météo est mauvaise, tout en restant des activités vertes. Et essayez un peu de prendre votre vélo ou un transport en commun sympa, pour aller de La Baule à Guérande, sans être dans un flot de voitures, ou de mettre plusieurs heures.
Pourquoi pas un train local , grande vitesse qui vous emménerait du bord de Bréca en passant par la tour St-Guénolé, en partant de la place de la Victoire ?
#5 - Le 12 avril 2011 à 20h57 par Gilbert, La Baule
Très bien cet éclairage. Va falloir mettre en application! Je rappelle que les présidents successifs de l'OT disaient il y a quelques années(Quiviger)
"La Baule doit aller chercher une nouvelle clientèle aux Etats Unis !" Ou sont les résultats ? On a aussi le sentiment que le tourisme d'affaires fonctionnait mieux à l'époque Houdiart (qui venait du Palais des Congrès de Saint-Malo) Il est urgent de réunir les compétences diverses en Tourisme, Communication, Animation, Congrès pour que cette étude soit le démarrage d'un nouvel élan pour La Baule.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |  Tél. : Rédaction  |   Nous contacter