La Baule Infos

L’année Morane-Saulnier.

Portes ouvertes ce week-end au musée aéronautique de la Presqu’île de la Côte d’Amour (MAPICA). Ce grand rendez-vous annuel des passionnés d’aviation était marqué par l’anniversaire des 100 ans du Morane-Saulnier.

Musée de l'aéronautique L'année Moranne Saulnier

Nous sommes le 10 octobre 1911, date de la création de la société Morane : Léon Morane est un aviateur réputé, alors détenteur du record international de vitesse avec 108 km/h sur un avion Blériot. De son côté, Raymond Sau, sorti de l’école Centrale des Arts et Manufactures en 1905, est ingénieur chez Blériot.
Les deux hommes s’associent et le premier avion né de cette union est le Morane-Saulnier Type A, précurseur d’une longue lignée d’appareils. Après une importante production, marquée par la création de l’aile parasol (1913), une aile d’un seul tenant située au-dessus du poste de pilotage et du MS-315 (1932), avion qui s’illustra dans les meetings d’avant-guerre, le constructeur français deviendra dans les années 60 la Socata.
Le musée a été créé en 1980 par un groupe d’amis, l’association a pour but de sauvegarder le patrimoine aéronautique et de maintenir en état de vol des appareils, évitant leurs destructions. Autour d’un pilier de 5 « acharnés », une cinquantaine d’adhérents cotisent à l’association ce qui permet d’obtenir les fonds nécessaires à l’achat de matériaux pour poursuivre de nouvelles rénovations. Le Conseil Général attribue une subvention au musée (1 400 Euros, cette année) au titre de la conservation du patrimoine.
L’activité se concentre actuellement sur la restauration d’un Mauboussin 129-48, restauration est un faible mot, nos passionnés travaillent à temps perdu sur cet avion depuis 2000, soit 5 200 heures de travail et espèrent le terminer dans deux ans.
Un modèle de Morane-Saulnier MS 317 appartient au musée de la Côte d’Amour, il a trouvé une seconde jeunesse au milieu des années 80 et il trônait, ce week-end, dans l’un des hangars, le moteur (en panne) déposé sur un établi.
Malgré un samedi pluvieux, de nombreux autres appareils étaient présents sur l’aérodrome, des renforts venus du musée régional de l’air d’Angers, des clubs de Saint-Nazaire et de La Baule ainsi que des aéroplanes nantais et vannetais.
On nota, durant ces deux journées la participation des groupes Airbus et Aérolia venus présenter les métiers de l’aéronautique et leur savoir faire, l’armée de l’air avec un Gob115 venu de la base de Cognac en Charente et l’association aérospatiale Matra.
Pratique : Musée de l’aéronautique de la Presqu’île de la Côte d’Amour, aérodrome de La Baule-Escoublac, tel : 02 51 75 10 43.
 

Auteur : JRC | 07/08/2011 | 0 commentaire
Article précédent : « Qui s’y frotte s’y pique ! »
Article suivant : « La médiathèque ouvre ses portes au roman policier »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |  Tél. : Rédaction  |   Nous contacter