La Baule Infos

L'aménagement de l'avenue de la Forge fait débat

Mardi soir, plus trente riverains de l'avenue des Forges sont venus s'entretenir avec les élus au sujet de l'aménagement de leur rue. Malgré les efforts de persuasion de Philippe Langlois, il semble qu'un consensus soit bien difficile à trouver.

Marie-Claude Maligne adjointe et charge d'Escoublac, et Philippe Langlois adjoint en charge de la sécurité ont usé de tout leur talent de persuasion pour tenter d'expliquer qu'il serait bien difficile de satisfaire tous les riverains de l'avenue des Forges. Ces derniers demandent à la mairie au travers d'une pétition de revoir sa copie concernant l'aménagement de leur rue. Certains reprochent aux élus de ne plus pouvoir stationner devant chez eux, une fois les travaux terminés dans leur quartier. Philippe Langlois part du principe que de la concertation certaines idées peuvent émerger : "Je préfère convaincre, que vaincre. Mais il faut savoir, que nous avons des contraintes et des normes avec lesquelles il est difficile de jouer. Il est or de question de mettre en jeu, la responsabilité de notre maire". Dans le projet initial, neuf places de stationnement sont prévues, mais il semble bien que cela ne soit pas suffisant, tout au moins pour les riverains. Philippe Langlois n'a pas ménagé ses efforts pour faire remarquer qu'il serait nécessaire de disposer d'une largeur de 10 m pour répondre aux desiderata des uns et des autres :" Malheureusement, nous n'avons que 8,50 m. La largeur de la voirie n'est pas suffisante, et le problème se situe essentiellement au début de l'avenue. Je vais voir avec les services techniques qu'elles sont les possibilités pour satisfaire tout le monde".

Le souci de l'intérêt général en question

Tout au long de la réunion, les riverains ont pu exprimer leur point de vue. Mais, il semble bien que dans cette affaire l'intérêt individuel prime sur le collectif. Une constatation qui n'a pas échappé à Philippe Langlois : "je vous demande d'avoir le souci de l'intérêt général. N'oublions pas que l'usage ne fait pas la loi. Il nous faut trouver un équilibre". Un riverain présent à la réunion pense qu'il est indispensable de réfléchir à bien vivre ensemble, mais souligne que ces genres de problèmes doivent être étudiés en amont par la mairie : "La gestion des flux se fait avant la construction des équipements". Après que plusieurs hypothèses aient été soumises, Philippe Langlois s'est engagé à étudier le cas d'une mise en circulation à sens unique Avenue de la Forge. Mais attention a-t-il prévenu :"Nous aurons des conflits d'usage et cela va engendrer des problèmes de vitesse. Nous ne pourrons pas faire des travaux qui ne sont pas conformes". Bien évidemment, cette décision si elle est actée ne va pas être sans créer de sérieux problèmes à commencer par un retard inexorable des travaux : "Nous allons devoir faire des comptages" précise l'adjoint en charge de la sécurité. De son côté Marie-Claude Maligne prévient : "Rien ne sera fait avant un an. Il ne s'agit pas d'une question de budget. Les 580 000 euros de cet aménagement sont provisionnés. Dans le meilleur des cas, les travaux se feront en 2012 et sans doute fin 2012".
 

Auteur : YE | 01/08/2011 | 0 commentaire
Article précédent : « Le GRSB s’en va t’en guerre »
Article suivant : « Vidéo publique à La Baule : une économie de moyens controversée »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |  Tél. : Rédaction  |   Nous contacter