La Baule Infos

Jobs saisonniers : le supermarché de l’emploi

L’agence Pôle Emploi La Baule Guérande vient d’organiser la XVIIe édition des rencontres de l’emploi saisonnier en Presqu’île, favorisant les échanges directs entre employeurs et postulants.

Réduit à une journée contre deux l’an passé, ce moment intense de recrutement permet de synthétiser les offres d’emplois saisonniers, avec 954 postes proposés cette année.
 

954 offres d’emplois

Un chiffre relativement stable malgré la conjoncture économique et les dégâts  collatéraux causés par un climat estival défavorable depuis deux années.
On se rappelle le triste mois de juillet dernier, certes rattrapé par le mois d’août, mais, les conséquences sur le moyen terme montrent des tendances fortes pour des envies de destination où le soleil est vendu avec le séjour.
Malgré ses atouts indéniables, la Presqu’île se doit de montrer de plus en plus force de conviction pour convaincre le tourisme de poser ses fesses sur une plage, bien sûr propre et de lui donner envie de faire trempette dans une mer limpide où la notion même d’algues (vertes) est impensable.
Quand à l’hôtellerie et la restauration, on attend toujours une bonne qualité d’accueil, de  services et de prestations pour des prix justes.
 

Une charte de confiance

Alors, année après année, lors de ces rencontres, les recruteurs cherchent les bons éléments. Les recrutés de leur côté tentent de poser leur sac dans un établissement respectueux de la législation et qui proposent des salaires «corrects ». Les syndicats veillent un peu au grain avec leurs caravanes estivales pour dénoncer les abus, mais, à les entendre, « il y a du mieux depuis plusieurs années ».
L’antenne de la CGT Saint-Nazaire était d’ailleurs présente pour distribuer, lors de cette journée, « le guide de vos droits », outil permettant aux plus jeunes de mieux appréhender leur première expérience dans la vie active en matière de protection sociale, de formation, de bulletins de salaire ou de période d’essai.
Parmi les 150 établissements recruteurs de cette journée, certains sont aujourd’hui signataires de la charte de confiance mise en place par la profession afin de réduire les tensions sur le marché du travail et améliorer les conditions d’emplois et de travail, itou pour les campings, mais c’est loin d’être la majorité.
Il faudra aussi, pour un premier job d’été ou pour les vieux renards qui alternent saison d’été et saison d’hiver, trouver un logement pas trop cher. Que dire en faveur de ces commis de cuisine payés au SMIG qui vont passer leurs nuits au camping municipal ?
Bref, les temps sont durs, même pour le groupe Barrière, un des plus gros employeurs baulois. Son casino enregistre un chiffre d’affaires en baisse constante, côté hôtellerie, on compte toujours sur les peoples et puisque les saisons s’allongent, paraît-il, même si la durée  des séjours raccourcit, il faut bien du personnel pour faire fonctionner les structures touristiques, hôtellerie, hôtellerie de plein air, restauration, animation, commerce et services aux entreprises et à la personne. 
Plus de 2 000 candidats se sont présentés à cette rencontre de l’emploi saisonnier, presque un sur deux devrait signer un contrat de travail, un bilan somme toute très positif.

Entretien avec Loïc Ferré

Loïc Ferré est directeur du Pôle Emploi de La Baule Guérande.

Pourquoi une seule journée par rapport à l’an passé ?
Il y a une raison, c’est la disponibilité des candidats, la plupart sont disponibles sur une seule journée, pas sur deux, donc l’idée a été de regrouper sur une seule journée les deux grands axes de recrutement.

Vous avez dépassé les prévisions d’offres ?
Oui, on comptait sur 800 offres, nous en sommes à 954, avec toujours parmi les plus de demandes, l’hôtellerie et la restauration, puis viennent le commerce et les services.

Des locomotives ?
Oui, le groupe Barrière, mais aussi, tous les établissements importants du secteur et puis la grande distribution et le commerce traditionnel.

D’ou viennent les saisonniers ?

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, on est à 60 % de candidats qui viennent du grand bassin local, Cap Atlantique, Saint Nazaire, Pornic et le Sud Loire, on compte aussi 20 % de candidats qui postulent sur des postes plus qualifiés qui peuvent venir de loin, voire de très loin.

Un des problèmes que rencontrent ces saisonniers concerne leur hébergement, cela est récurrent ?
Le logement est une composante, même si certains employeurs proposent du logement après l’embauche. Une alternative est recherchée par la mairie de la Baule et Presqu’île habitation de façon à mettre en relation les particuliers et les employeurs pour aider les saisonniers à se loger.

On constate des difficultés pour les employeurs à recruter ?
Oui, c’est surtout vrai en terme de qualification et de compétence, par contre, depuis plusieurs années, le niveau d’expériences de nos candidats augmente et nous avons de moins en moins d’étudiants à être présents sur le forum.

En terme de résultats, quels sont les chiffres ?
Ce matin, nous avons dénombré 1 200 candidats, on estime à 1 000 le nombre de postulants pour cet après-midi, le tout pour 954 offres, il est pratiquement certain qu’elles seront toutes pourvues sous un délai de trois à quatre semaines.


 

19/03/2013 | 0 commentaire
Article précédent : « Le nouveau marché ouvre samedi »
Article suivant : « Notre-Dame-des-Landes : Yves Métaireau défend le projet »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |  Tél. : Rédaction  |   Nous contacter