La Baule Infos

Jenny Craig : un pied à La Baule et un oeil sur l’Europe

La méthode de régime Jenny Craig prend son envol en France depuis un peu plus d’un an. A partir du siège social français, à La Baule, la filiale de Nestlé part à la conquête de l’Europe. Sur place, les effectifs gonflent de jour en jour.
Erick Moreau, directeur général de Jenny Craig France.
Erick Moreau, directeur général de Jenny Craig France.

Les candidats à l’embauche et les formations se succèdent chez Jenny Craig, avenue des Noëlles. En quelques mois, les locaux baulois autrefois réservés à Protéika, rachetée en 2005 par Nestlé, se sont progressivement remplis. Et il reste de la place pour développer une activité florissante. La société, dont la solution minceur est mieux connue outre Atlantique et en Océanie, affiche « entre 80 et 100% de croissance », affirme Erick Moreau, directeur général.

Les objectifs de Jenny Craig sont ambitieux : « Nous voulons être co-leader dans les 3-4 ans et n°1 du marché française d’ici 6-7 ans », détaille Erick Moreau. Pas question pour autant de se précipiter. « Nous voulons nous installer véritablement sur le marché. Nous recrutons donc au fur et à mesure d’une progression que l’on essaie de maîtriser. » Pour cela, un levier, celui qui amène les clients à Jenny Craig : la publicité. Six à dix fois par jour, une pub passe à la télévision et entraîne en quelques secondes une vague d’appels au centre baulois. « Entre 60 et 100 appels dans les deux minutes », précise Erick Moreau, qui admet que la société a « du mal à faire face à tous les appels ».

En moins d’un an, le nombre de conseillères-commerciales, qui recueillent les appels de clients potentiels, a été multiplié par 7, passant de 3 à 21. Plutôt que de donner un coup d’accélérateur aux embauches, Jenny Craig préfère parfois limiter les passages télévisuels. « On réduit notre pub en fonction de notre capacité à recruter. »

« Une mini Silicon valley à La Baule »

Sur la centaine de salariés que compte Jenny Craig dans l’hexagone, plus de 60 travaillent à La Baule, dont un tiers recrutés les trois derniers mois. « On recrute tous les jours », affirme le directeur général, qui rêve d’un « mini Silicon valley ou Sofia Antipolis à La Baule ». Il vient de recruter une personne en charge de l’Europe et vante les atouts de la station balnéaire. « La qualité de vie a une influence sur le travail de nos collaborateurs. Il y a aussi la marque La Baule, une ville qui parle à tout le monde. » Dans le milieu du bien-être, l’image de la ville colle à l’activité de Jenny Craig, qui s’est installée en bord de mer, à San Diego aux Etats-Unis et à Brighton en Angleterre, avant La Baule.

Côté inconvénients, Erick Moreau relève des « difficultés à recruter des talents », notamment des diététiciens, maillon indispensable de la chaîne. Le dirigeant doit aller chercher des candidats jusqu’à Nantes, faute de formation dans les alentours. Pour favoriser l’évolution de l’entreprise, Erick Moreau mise sur un développement global de la ville. « Je pousse pour qu’il y ait une activité économique qui se développe ici, qu’on sorte de l’image Saint-Nazaire-chantiers et Airbus et La Baule-tourisme. »

Auteur : CC | 26/05/2011 | 3 commentaires
Article précédent : « Le Grand Ouest, médaille de bronze des investissements en France »
Article suivant : « Au royaume des fraises bauloises »

Vos commentaires

#1 - Le 26 août 2011 à 10h24 par lenne joëlle, Sin-le-noble
Monsieur le Directeur,
J'aimerais essayer les produits Jenny Craig, malheureusement les produits sont trop cher pour moi. Je vie seule, je suis fonctionnaire depuis peu lorsque mes charges sont réglées, il me reste 280€ à vivre. Peut être que vous m'aiderez à perdre du poids(38 kgs.Dans l'attente d'une réponse qui je l'espère me sera favorable,
Recevez, Monsieur le Directeur, mes salutations respectueuses. MMe LENNE
#2 - Le 08 septembre 2011 à 19h19 par Bravo
C'est assez rare pour être souligné ce type de réussite.
#3 - Le 09 juin 2012 à 19h06 par robert florence, Lorient
Bonjour,

Je souhaiterais démarrer le programme nutrition 1 à 2 mois pour test consommateur , est-ce possible ?

Motivation très sérieuse, suite à l'article paru dans le "Hérald Tribune".

Merci d'avance de votre réponse, très respectueusement et bien cordialement .

Florence Marie Robert

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |  Tél. : Rédaction  |   Nous contacter