La Baule Infos

Hockey sur gazon : le SCO d’ANGERS trinque devant un '' BOHC'' sans pression

Le week-end dernier, sur le stade des Salines, la situation ne manquait pas de sel. Dans le cadre du premier tour de la Coupe de l’Atlantique, les Baulois du La Baule Olympique Hockey Club (N 3) recevaient les Angevins du SCO évoluant en N2. Pourtant les Baulois, sur un véritable «champ de patates » , ont infligé une raclée (8-0) aux noir et blanc.

Surprise, à une heure matinale dominicale sur le terrain caché derrière le complexe sportif, le SCO ne présentait que huit joueurs dont une féminine. Selon le règlement, le hockey sur gazon se joue à 11 avec un minimum de 9  autorisé. Se dirigeait-on vers une victoire sur tapis vert du BOHC, pas anormal direz-vous quand on joue sur le..gazon ?

Mais un forfait coûte cher. Par un astucieux stratagème, la feuille de match justifiait la présence de neuf joueurs du SCO. « Nous n’avons pas parcouru plus de 300 km  aller-retour pour ne pas sortir nos crosses et chausser les crampons ».  La décision de jouer dépendait donc du bon vouloir des Baulois. « Nous acceptons le risque. Nous voulons jouer et nous qualifier normalement »  affirmait le président Patrice Marion. La suite on la connaît.

Un BOHC à l’heure du thé anglais

Par cette qualification, les hockeyeurs baulois  confirment globalement leurs bons résultats et leur volonté d’accéder à la nationale 2 régionale l’an prochain. En championnat,  « crosse à crosse » avec les banlieusards nantais de Carquefou à mi-saison, les maritimes sont  seconds. « Chez nous, Carquefou nous a battu 4-3. À 10 minutes de la fin, nous menions 3-1 … » rage le président.  Tout va se jouer lors du match retour.  Mais le BOHC est bien armé. Par le plus pur des hasards, sans dessous de table, deux joueurs sont arrivés, dans le courant de l’année 2010, de Grande-Bretagne où le hockey sur gazon est un sport majeur.
Le premier s’appelle Tim Claridge. Âgé de 51 ans, il joue au hockey depuis ses 15 ans. Son expérience est précieuse. Ce responsable manager vient du club de Camberley au sud-ouest de Londres.  « Suite à un licenciement, avec ma femme  nous avons décidé de vivre en France du côté de Noyal-Missillac ».
Le second se nomme Chris Leach. Venu de Birmingham, en août 2010, il a 38 ans et pratique son sport favori depuis ses 8 printemps. Il travaille dans un grand groupe qui possède une base à Nantes. « Pour moi c’est différent. Ma femme Sophie est originaire de la région et nous vivons à Nivillac. Je connaissais déjà le BOHC où je compte m’occuper des jeunes ».

On réclame du synthétique

Nos deux Britanniques se sentent bien à La Baule. S’ils apprécient les longues plages de sable fin, ils fustigent les surfaces gazonnées françaises. Dans leur île, le gazon anglais est irréprochable. « Chez vous le seul handicap, c’est le gazon naturel. Chez nous, les surfaces sont synthétiques ».  Le problème est aggravé sur la pelouse des Salines. En effet, les crampons acérés des rugbymen du Rugby Club Baulois labourent la surface avec allégresse notamment lors de mêlées ordonnées dévastatrices. Forcément de vilains rebonds intempestifs font que la trajectoire de la petite balle orange est plus que capricieuse. Elle donne lieu à des coups de crosses dans le vide à la limite du comique. Depuis longtemps, Victor Abittan, cheville ouvrière du club, réclame la construction d’un terrain synthétique. Les oreilles municipales restent sourdes pour le moment. 
Contrits, les cinquante hockeyeurs baulois vont maintenant disputer le championnat de hockey en salle bien au chaud. Au sortir de l’hiver, en mars, ils reviendront reprendre un bon bol d’air nécessaire pour l’accession en division supérieure.

Auteur : JLM | 22/11/2011 | 0 commentaire
Article précédent : « Le président Hubert Lessard obtient les outils pour exclure un club sportif de l’OMS »
Article suivant : « Les boulistes baulois en AG »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |  Tél. : Rédaction  |   Nous contacter