La Baule Infos

Grandes gueules et « faces-book » par Jean Mulatier

Le caricaturiste Jean Mulatier expose son « faces-book » à la chapelle Saint-Anne jusqu’à la fin du mois. L’artiste minutieux tord le cou aux idées reçues en matière de caricature.

Jean Mulatier est intarissable quand il s’agit d’expliquer son travail et d’estomper l’image caricaturale… des caricatures. « Je ne déforme pas, je disproportionne », lâche le dessinateur à qui veut bien l’entendre. A la chapelle Sainte-Anne, jusqu’au 29 mai, il expose son « Faces-book », une sélection parmi 180 portraits disproportionnés. Beaucoup sont des « grandes gueules » croquées pour Pilote dans les années 1970.

Les traits grossis font sourire, parfois rire. Et au-delà de la ressemblance physique, on devine les mimiques propres à chaque comédien, homme politique ou encore sportifs, d'un Bourvil dont le sourire sur papier laisse imaginer le rire caractéristique à un Jacques Chirac face auquel on attend une prise de parole solennelle. « J’essaie de me rapprocher le plus de la vérité. Je dis souvent à mes élèves : "Ce qui compte, ce n’est pas d’être agressif mais ressemblant." »

Minutieux sur le papier, Jean Mulatier est discipliné quand il s’agit de plancher sur un sujet. « Je vis toute la journée avec les personnes que je dois dessiner. » A partir de photos qu’il examine, décortique, il commence par faire le dessin dans sa tête avant le premier coup de crayon. « Je me souviens de l’époque où je devais dessiner Léon Zitrone. Je regardais fixement des photos de lui dans le métro. » Une phase d’étude qui a valu au caricaturiste quelques regards circonspects de la part des voyageurs.

Jean Mulatier par lui-même.
Jean Mulatier par lui-même.

Zitrone mécontent

Quant au jugement des modèles en personne, il a parfois été négatif. « Zitrone a appelé Télé 7 jours en expliquant qu’il était choqué de constater que, dans une rédaction amie, on puisse faire de lui une caricature aussi méchante. » Pour Jean Mulatier, si la notion de caricature n’est pas franchement sympathique, le dessinateur ne fait que « retranscrire laborieusement ce qu’il constate ». Exagérer juste ce qu'il faut les traits marquants. Pour autant, mieux vaut réserver ce style aux hommes, juge-t-il, galant. « Parce qu’on a tendance à présenter le personnage sous un jour qu’il ou elle n’apprécierait pas et que le visage des femmes est en général plus harmonieux. »

Pour encore plus de ressemblance, Jean Mulatier préfère aujourd’hui son appareil photo à son crayon. « C’est moins long que de se scolioser devant une planche à dessin ! » Mais l'artiste garde toujours en tête que « dans la vie comme en caricature, ce qui est important, c'est de trouver le plus important et de le faire passer avant ».

A La Baule en fin de semaine dernière, il espérait bien immortaliser le paysage et pensait aux beaux clichés qu'il aurait pu faire de la fête médiévale de Guérande. Un recueil de photos devrait être édité avant la fin du mois.

Auteur : CC | 11/05/2011 | 0 commentaire
Article précédent : « A fond la Bulle à Escoublac »
Article suivant : « Venez faire salon à Saint André des Eaux… »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |  Tél. : Rédaction  |   Nous contacter