La Baule Infos

Festival International de bridge de La Baule

Rencontre avec Marion Canonne, championne du monde junior 2008 avec l’équipe de France.
Marion Canonne
Marion Canonne

Un silence attentif, des éclats de rires, une ambiance particulière, la salle des Floralies accueille le 61e festival de bridge jusqu’à dimanche prochain.
Des tables recouvertes de feutrine verte, le bridge est un sport de l’esprit qui dégage un univers envoûtant, mais loin de l’élitisme que l’on lui prête.
Au milieu de la salle, une jeune femme blonde, avec son impressionnant palmarès participe au tournoi baulois, l’esprit de compétition dans la tête, une sorte d’envoûtement, une passion dévorante.
Marion Canonne a été repérée par la Fédération Française de Bridge pour former des paires pour l’équipe de France (il y a deux joueurs par équipe de bridge appelé paire), son équipe s’est classée 3e aux championnats d’Europe 2007 puis a gagné les mondiaux de Pékin, elle cumule les excellentes performantes, mais sait rester humble face aux autres joueurs.
« A 8 ans, je regardais mes parents et mes grands-parents jouer avec des cartes avec cette interdiction formelle de participer, c’était : va faire tes devoirs, ce n’est pas de ton âge. Evidemment intriguée, j’ai attendu 4 ans avant de pouvoir comprendre de quoi il s’agissait, en regardant mon père jouer au club de La Baule ».
Les règles du jeu sont très simples et, une fois acquises, tout devient paradoxalement très compliqué. Le bridge met en scène de multiples facteurs, poser une carte sur le tapis est une sorte d’engagement de sa personne, car, elle va forcément changer la donne, le comportement des adversaires et le cours de la partie.
« Il faut compter les cartes, sentir l’ambiance de la table, être attentif, ressentir le jeu, c’est une discipline qui demande beaucoup de concentration, cela m’a beaucoup aidé dans mes études et puis, c’est un sport d’équipe ».
Ne parlez pas de poker, de belote ou du jeu de bataille à un joueur de bridge, comme de dames à un joueur d’échecs, il n’y a pas à faire de comparaison. Cela sera juste une échappatoire de quelques heures pour évacuer le trop-plein d’images et de combinaisons, comme cette carte abattue sur le tapis dans un moment d’incertitude qui va faire perdre l’enchère (le contrat qui correspond à la réalisation d’un nombre de levées, comme les plis à la belote).

« Je rêve que je joue au bridge »

Il semble impossible au bridgeur d’évacuer une partie perdue ou gagnée. C’est le cas de Marion Canonne : « Je rêve que je joue au bridge, je rejoue dans ma tête les parties de la journée. Je revois les cartes posées en pensant aux erreurs commises ».
L’esprit est convivial, joyeux, souriant, mais parfois oppressant, avec 13 cartes en mains, le joueur à devant lui un univers virtuel à façonner, une partie à gagner, un challenge personnel à réussir.
A la question : « le reste de la vie ? » La réponse est franche et immédiate, sans état d’âme : « Je m’intéresse aussi à la politique (Marion Canonne est la fille du conseiller général du canton du Croisic Christian Canonne, maire du Pouliguen de 2001 à 2008) et je me suis investie dans un syndicat d’étudiants, après des études en Sciences Politiques, je vais démarrer dans la vie active en septembre à Paris au sein d’un cabinet de consulting ».
Reste que le monde de la jeune femme posée et souriante est tourné toujours et encore vers le bridge : « Il faut arrêter de dire que le bridge est une activité cérébrale pour les vieux, j’ai des amis de mon âge (Marion Canonne va avoir 23 ans) qui joue au bridge et mon ami est aussi bridgeur, il organise d’ailleurs un réveillon bridge à La Baule du 27 décembre au 2 janvier ».
« Pour réussir au bridge, il faut nécessairement beaucoup travailler, je participe à un maximum de compétition tout au long de l’année. Ce sport m’a permis de rencontrer de très bons joueurs et de beaucoup voyager, d’ailleurs, avec l’équipe de France, je vais participer aux mondiaux de Cuba l’an prochain ».
L’appel de l’arbitre se fait entendre, Marion repart à sa table reprendre le tournoi, déjà les yeux tournés vers la prochaine donne, quelles enchères va-t-elle pouvoir soutenir ? La réponse dimanche soir avec les résultats de cette compétition de prestige.
2,5 millions de Français jouent au bridge. La Fédération Française de bridge recense en 2011, 105 000 licenciés et près de 20 000 personnes disputent des tournois chaque jour dans les 1 200 clubs agréés existants.

Pratique :
Le tournoi de la Baule se déroule à la salle des Floralies, place des Salines et l’entrée est libre pour les curieux.
Pour joindre le club de bridge de la Presqu’île, organisateur du tournoi : 06 04 07 91 63
 

Auteur : JRC | 24/08/2011 | 0 commentaire
Article précédent : « Un nouveau semestre pour le collège inter-âges de La Baule »
Article suivant : « Des étoiles plein les yeux »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |  Tél. : Rédaction  |   Nous contacter