La Baule Infos

Expo aromatique

Une partie de la collection de l’association les Enfants du parfum est en exposition à la chapelle Sainte-Anne, des objets souvent rares datant pour certains de l’époque napoléonienne.
André Cognat
André Cognat

L’âme de cette exposition est un collectionneur passionné, l’adjectif est faible pour décrire cet homme dans sa recherche perpétuelle de flacons de parfums et de cosmétiques anciens.

Passeur de mémoire

André Cognat est le président de cette association basée près de Limoges : « J’ai commencé à 19 ans, aujourd’hui, je dois posséder 13 000 objets. Mais, je ne me considère pas comme un collectionneur, plutôt comme un passeur de mémoire ».
Il est intarissable et peut parler des heures d’une pièce rare comme le « saute-ruisseau », sorte de pince qui permettait de franchir les caniveaux en attachant le bas de son jupon pour ne pas le salir.
La collection présentée, environ 700 pièces,  couvre deux siècles, de 1760 à 1960. Si l’on trouve du précieux, des enseignes prestigieuses, on découvre aussi du ludique avec des parfums contenus dans les personnages de la famille des  Barbapapa. Et puis, une partie de l’expo décline des flacons dans une atmosphère semi-nocturne qui permet de magnifier le talent des designers.
 

L’arbre aux parfums

Au milieu de l’espace est installée une création étonnante, un arbre aux parfums. Créés pour la circonstance, une quinzaine « d’aquariums » permettent de respirer des odeurs à base d’huiles essentielles. C’est un jeu pour les enfants et les grands qui visiteront l’expo, puisque l’idée est d’essayer de trouver le bon parfum comme la lavande (facile).
L’exposition se décline sur des thématiques,  comme le voyage (Vol de nuit de Guerlain), les animaux, les étoiles (Angel de Thierry Mugler), les stars (N°5 de Chanel),  ou l’ivresse avec des fioles grisantes. Et puis,  on trouve également « le sapin des géants », une pièce monumentale, un arbre de 3,50 m de haut décoré avec des flacons surdimensionnés, issus de déco de vitrines. 
La collection est magnifique, évidemment esthétique,  avec les grandes marques de parfums étalées derrières les vitrines, des flacons de tous genres, tous styles, des créations parfois désuettes comme cette fiole étirée « que l’on pouvait mettre dans une botte de cavalier ».
Tous ces objets tendent à  montrer une sorte de classe à la française, on y trouve un reflet de la grande bourgeoisie, de l’opulence et parfois même une luxure surannée.  
Le souhait d’André Cognat : « Ouvrir un musée du parfum à Limoges ». Un rêve dans l’air, une senteur possible, une fragrance de rêves d’enfant.

Pratique :
Exposition « Parfums, rêves et féeries » Chapelle Sainte-Anne.
10 h 30 à 12 h 30 et 15 h 00 à 19 h 30, jusqu’au 6 janvier.
http://www.lesenfantsduparfum.org/
 

Auteur : JRC | 07/12/2012 | 0 commentaire
Article précédent : « Lecteurs et journalistes, quelles relations ? »
Article suivant : « Olivier Adam à la lisière de La Baule »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |  Tél. : Rédaction  |   Nous contacter