La Baule Infos

Enquête publique relative au plan de prévention des risques littoraux

La préfecture de la Loire-Atlantique ouvre ce mardi 16 février une enquête publique relative au plan de prévention des risques littoraux (PPRL).
Les entrées d’eau par l’Étier du Pouliguen durant la tempête Xynthia
Les entrées d’eau par l’Étier du Pouliguen durant la tempête Xynthia

La météo de ces derniers jours conforte la préfecture de la Loire-Atlantique dans l’idée d’ouvrir une enquête publique relative au Plan de prévention des risques littoraux (PPRL). Déjà à l’époque de la tempête Xynthia, en 2010, la presqu’île guérandaise avait été identifiée comme « secteur prioritaires » par l’Etat. La Baule, Le Croisic et Moutiers-en-Retz avait été particulièrement touchés [ndlr : Le département avait déploré deux morts à Moutiers-en-Retz]. La zone concernée par cette priorité a été étendue aux communes de La Turballe, Guérande, Batz-sur-Mer, Le Pouliguen, Pornichet et Saint-Nazaire. Le PPRL permet d'identifier les zones exposées aux risques de submersion marine et à l'érosion en intégrant l’élévation potentielle du niveau de la mer provoquée par le réchauffement climatique. Afin de permettre la sécurité des habitants, le PPRL permet de réguler la délivrance des permis de construire et peut imposer l'adaptation des biens existants. Les travaux devront être réalisés dans les 5 ans suivant l'approbation du PPRL. Ils feront l'objet de subventions de l'Etat à hauteur de 40% du montant des travaux prescrits et sont plafonnés à hauteur de 10% de la valeur vénale du bien.

Donnez votre avis

Une enquête publique se déroule du 16 février eu 21 mars. Le dossier est déposé dans les mairies des villes concernées. Il peut être consulté par tout le monde. Le public est invité à transmettre ses observations, propositions et contre-propositions. Elles pourront également être adressées par écrit au président de la commission à la mairie de Saint-Nazaire, siège de l’enquête (Hôtel de ville, place François Blancho, BP 416, 44600 Saint-Nazaire).

Auteur : Y.P | 16/02/2016 | 1 commentaire
Article précédent : « Et si la "Zone Touristique Internationale" ne changeait rien ? »
Article suivant : « Les Républicains 7ème circonscription : Franck Louvrier élu délégué »

Vos commentaires

#1 - Le 02 mars 2016 à 11h19 par Collas, St Prouant
Patauger dans les submersions j'ai connu cela sur la décharge des Floralies ou Ferme du casino de la Baule, une gangrène coupée en deux par l'étier du Pouliguen qui alimente les marais salants... Il ne faut pas fermer les yeux, on a par le passé oublié le traitement gratuit des ordures avec des décharges municipale qui ont été transformées en lieux d'habitations... C'est le cas des Hauts de la Baule avec ces pavillons et immeubles en zone instable comme le signalait M; Duchemin de la DDASS lors de leur inventaire de 1990...L'autre moitié de décharge devait recevoir la Maison de Retraite avec la Pénètrente de la Joyeuse, mais le site n'est toujours pas réhabilité... Le Hameau des Salines au Pouliguen est construit sur l'ancienne Décharge Grandjouan et le Hameau du Carbonnet à Batz sur Mer était aussi l'ancien dépotoir de la Ville et région... Il est évident que les submersions vont mettre en fermentation des décharges avec lâchage de lixiviats et dégagement de gaz toxiques... J'ai adressé en Mairie de St Nazaire un dossier aux Commissaires enquêteurs afin qu'ils rapprochent l'inventaire des Décharges de la DDASS en 1990 des études d'impacts et de dangers afin de prévenir de ce risque sanitaires les Générations futures... N'oublions pas le passé et tout ce que nous avons caché dans le sol.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |  Tél. : Rédaction  |   Nous contacter