La Baule Infos

Des voeux sur fond de baie unique

Comme de tradition à la Baule, les vœux se déroulent le dimanche, une grand-messe avec un invité surprise Loïck Peyron, un député en précampagne et un maire serein et consensuel.

Peyron en guest star

C’est à Atlantia entre deux pièces de théâtre que s’est tenue la cérémonie des voeux, couplée avec un accueil aux Baulois arrivants (87 familles, soit 108 personnes) découvrant la fameuse baie sur un écran géant avec le slogan : «une baie unique »!
Après le lapsus qui a fait beaucoup rire, de Pierre Sastre (Président d’Atlantia), annonçant le discours « du député maire du Croisic » (N.B de Guérande) Christophe Priou pour son prêche final et avant d’entendre l’évangile selon Saint-Yves (Métaireau) ; les fidèles ont fait une standing ovation au gourou de la mer Loïck Peyron : « Je passe en coup de vent, et puis, il fait trop froid pour naviguer, aujourd’hui ».
En prélude à l’intervention du maire de la Baule, un film diaporama a retracé en images fondues enchaînées, les manifestations qui ont émaillé la ville en 2011.
Yves Métaireau commence par la fin, souhaitant dans l’usage habituel, des voeux de santé, de bonheur et tutti quanti dans « Un monde qui a parfois tendance à perdre quelquefois le sens de l’humour et l’envie de sourire ».
Yves Métaireau évoque la bonne santé financière de la ville : « Avec un avis, dans ce domaine, bientôt, presque élogieux de la Chambre Régionale des comptes qui nous permettrait de conserver notre trois A ».
Le maire annonce un budget de 70 millions d’euros, les recettes de fonctionnement de 40 millions, les dettes de 9 millions ; 22 millions d’équipements nouveaux sont prévus en 2012 avec une fiscalité locale de 0,3% sur les 5 années, y compris celle qui vient de débuter.
Il est aussi satisfait de la bonne santé économique avec des négoces qui ouvrent comme : « Des commerces branchés, Avenue de Gaulle », des restaurants fonctionnant à l’année, (comme si cela était exceptionnel dans une ville de plus de 15 000 habitants) et d’un cinéma qui vient de passer en 3D où l’on peut « voir des films comme à Paris ».
Nous arrivons à « L’ambiance sereine et consensuelle qui s’attache à nos projets », saluant ses troupes municipales, et même, grand seigneur, son opposition " qui travaille, je voudrais le souligner, très sérieusement sur l’ensemble des dossiers ".
Des mots arrivent ensuite pour retracer quelques inaugurations marquantes comme le complexe sportif d’Escoublac, la médiathèque, le relogement du conservatoire de musique. Et puis, Yves Métaireau évoque les grands chantiers comme celui du marché (halles provisoires) et d’Atlantia. Le palais des congrès va subir une profonde refonte qui va entraîner une fermeture en 2013.
 

Rénovation du boulevard de mer

Lieu de prédilection des joggers « i podés » et des touristes « envoiturés » les jours de pluie, le front de mer devrait voir une proposition (Budget non évoqué) « en harmonie avec Pornichet ». Il s’agit « d’un plan lumière » projeté par Yann Kersalé plasticien lumière (Musée du quai Branly, docks de Paris ou l’avenue Jean Médecin à Nice) accompagné d'un volet paysager et d’un aménagement de la voirie. Ce projet devrait être présenté aux habitants des deux communes cet été.
Voilà qui rentre parfaitement, selon le maire, dans le classement de la baie dans le club que l’on connaît et devrait permettre de récolter fonds et partenariats pour financer une telle réalisation.
Coté environnement, Yves Métaireau revient sur cette « Politique profondément bauloise », la politique de l’arbre, saluée par la Marianne d’or. CQFD.  Puis, il parle du dossier des zones inondables avec les demandes de protection pérennes auprès de l’État sans encore de résultat, d’où cette solution commune prise de mettre en place des défenses provisoires, en attendant le plan digue.
Dans la baie, le banc des chiens refait surface, au propre comme au figuré dans le discours d’Yves Métaireau qui aimerait bien voir ponctionner son sable pour rengraisser le centre de la plage de la baie ; des études sont toujours en cours sur la faisabilité et l’intérêt d’un tel transfert (voir http://www.labaule-infos.net/le-banc-des-chiens-et-la-plage-de-la-baule-23-43-590.html).
Un couplet sur le rachat du bâtiment de l’éducation nationale par la ville qui devrait devenir : « Un espace dédié de préférence aux entreprises innovantes du secteur tertiaires et doublé d’une résidence hôtelière de proximité tournée vers les entreprises qui s’y installeront ».

Une humiliation injuste

Yves Métaireau est toujours autant remonté sur le projet de la ZAC Victoire du centre-ville : « Les réalisations se résument à un îlot (sur les 6 prévus), les méthodes employées et la conjoncture immobilière ont été des freins à la réalisation de ce projet. Du coup,  Si les 60 logements sociaux avaient été réalisés, je n’aurais pas à subir l’humiliation injuste du constat de carence du préfet sur le droit de préemption ». À ce titre, le maire a porté l’affaire devant le conseil constitutionnel.
La ville vient d’acheter pour 1,8 million d’euros de terrain pour la réalisation de 110 logements sociaux, est aussi annoncé un projet de nouveau foyer logement pour les anciens (Sur Escoublac ou au Guézy).
Une maison musée du patrimoine est dans les cartons, elle pourrait se situer dans l’ancien presbytère d’Escoublac « Où l’histoire de la Baule (à peine centenaire…) pourrait être retracée ».
Il faut bien aborder les envies de la municipalité pornichétine de rejoindre Cap Atlantique, Yves Métaireau parle de cohérence territoriale, culturelle, historique, sociologique : « Cela me paraît être une évidence, il appartiendra aux élus de la CARENE d’abord de se prononcer ». Évoquant Le référendum : « Je ne doute pas que le processus démocratique et populaire soit la meilleure voie à suivre et je suis certain que les élus de la CARENE ne pourront en ignorer les résultats ». Reste à savoir ce qu’en pensent, encore une fois, les élus de Cap Atlantique.
L’on apprend que la nouvelle caserne des pompiers (La Baule, Guérande) sera inaugurée le 4 avril prochain et que de nouvelles caméras de surveillance seront installées, « une question de sécurité ».
Yves Métaireau, après une analyse sur un plan plus général (économique ou climatique) et de la crise, termine son  discours par « La Baule est une ville vivante où il fait et fera bon vivre pour tous, c’est bien là notre seule ambition et notre meilleure récompense ».
Il s’ensuit un discours de Christophe Priou, le député maire de Guérande dans un presque copié/collé sur le fond de ses autres prestations lors des différentes cérémonies des vœux (à lire ou regarder sur nos autres sites) comme : 
http://www.pornichet-infos.fr/robert-belliot-veut-rejoindre-ses-nouveaux-amis-a-cap-atlantique-23-48-700.html


 

Loïck Peyron, Yves Métaireau et le banc des chiens

Auteur : JRC | 15/01/2012 | 3 commentaires
Article précédent : « Vie municipale : l’avis de Jean-Pierre Savary »
Article suivant : « Conseil municipal : vote du budget primitif 2012 »

Vos commentaires

#1 - Le 15 janvier 2012 à 21h00 par M-C M, Pornichet
Avis à nos amis baulois:

Ce n'est pas un référendum que Belliot maire de Pornichet organise, mais une consultation beaucoup moins contraignante, qu'il a lancé d'abord à des fins personnelles, pour redorer son image qui est au plus bas.
Beaucoup de Pornichétins regrettent que la réflexion, en pleine discussion sur la réforme territoriale, n'envisage pas un regroupement des deux intercommunalités.

Il est par ailleurs surprenant qu'Y Métaireau (et La Baule), conspué et critiqué régulièrement par R Belliot, avale son chapeau aussi facilement pour aider R Belliot à refaire surface.

Voir les arguments développés par les uns et les autres sur http://www.pornichet-infos.fr/
#2 - Le 16 janvier 2012 à 14h41 par LETOURNEL jean-claude, Le Pouliguen
Lors de ces voeux Mrs Metaireau ne voudra jamais admettre que la baie porte le nom du pouliguen et que le vrai nom du port n'est pas le port de La Baule mais depuis des siècles celui du Pouliguen .Biensûr notre belle baie du Pouliguen vient s'étendre gracieusement sur le rivage de Pornichet du Pouliguen et de leur soeur cadette La Baule .Mais son nom de naissance ne pourra jamais être éffacé pour mettre en valeur les villes voisines du Pouliguen Mrs Loic Peyron enfant du Pouliguen à bien retransmis la chose aux voeux de Guérande dans la vidéo que nous avons eu le plaisir de regarder .Il a parlé de toutes ses heures de navigation depuis sa jeunesse ( dans la BAIE DU POULIGUEN ) et que son dernier grand navire ne pouvait avoir sa place dans LE PORT DU POULIGUEN .On ne peut avoir deux langages différents .Loic n'a jamais été le navigateur BAULOIS cité dans la presse ,Mais un enfant chéri par sa ville du POULIGUEN ou ses racines resteront dans même terre.Merci mrs Sastre adjoind de La baule.A l'accueil de Loic vous avez eu le courage de citer la baie par son vrai nom BAIE DU POULIGUEN . A vous milles merci de ceux qui parle la vérité .
#3 - Le 27 janvier 2012 à 17h52 par Marcel La Baule
Bonjour

Qu'en est-il de la fermeture de la piscine aquabaule ?

Quels sont les projets de remplacement?

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |  Tél. : Rédaction  |   Nous contacter