La Baule Infos

Atlantia a réussi sa mue

Le Palais des Congrès de la station balnéaire, après quinze mois de travaux, s’apprête à rouvrir ses portes le 2 mai, avec le salon « J’aime ma maison » et la venue de Gérard Jugnot pour une pièce de théâtre.
 Corinne Denuet, Directrice d'Atlantia ; Xavier de Zuchowicz, Vice-président de la SPL Atlantia, Yves Métaireau, maire de La Baule ; Jean-Pierre Bernard, maire de Mesquer et vice-président d'Atlantia  Pierre Sastre, PDG de la SPL Atlantia et maire-adjoint
Corinne Denuet, Directrice d'Atlantia ; Xavier de Zuchowicz, Vice-président de la SPL Atlantia, Yves Métaireau, maire de La Baule ; Jean-Pierre Bernard, maire de Mesquer et vice-président d'Atlantia Pierre Sastre, PDG de la SPL Atlantia et maire-adjoint

 

« Le mobilier va arriver ». La phrase est de Pierre Sastre, le PDG de la Société publique locale (SPL) Atlantia et par ailleurs maire-adjoint en charge de l’événementiel, des manifestations et de la communication. En effet, c’est dans un palais des congrès totalement rénové (hormis l’auditorium de 900 places) mais encore vide qu’a été présenté le bilan de ces quinze mois de travaux (un dépassement de 2%).
« La signature est assez dépouillée », poursuit Pierre Sastre, « car le Palais des Congrès de La Baule n’est pas une salle des fêtes ». Certes. Yves Métaireau, fraîchement réélu pour un quatrième mandat de maire, se félicite lui aussi de l’aboutissement du chantier, qui a privé la commune d’événements culturels. Mais, « c’était une nécessité depuis 1987 », année où a été mis en service le bâtiment. « C’est important pour l’économie bauloise. Nous avons pu mobiliser des crédits avec la Région, le Département,  et l’État », mais le contribuable baulois a mis la main à la poche également, pour un coût total de 13 millions d’euros. Cependant, le maire est convaincu du « coup de fouet » que le bâtiment va donner à l’économie locale.
Et, comme il le justifie, Atlantia « n’était plus aux normes. Et l’édifice plus du tout attrayant ». L’accessibilité aux handicapés (à l’exception de l’auditorium) a été corrigée, ainsi que les dispositifs de sécurité incendie et thermique notamment. La ville de La Baule se frotte les mains de cette livraison : en parallèle, les groupes hôteliers (600 chambres à cinq minutes à pied du Palais des Congrès pour un total de 1 500 chambres sur la presqu’île) ont également entamé des rénovations de leurs complexes.
Pour autant, deux choses contrarient le presque septuagénaire, à la tête de La Baule depuis 1995. Comme le coup d’arrêt temporaire de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. « C’était un atout, car les pays émergents (Chine, Inde, etc., ne se déplacent qu’en avion ». Puis, la fréquence des TGV reliant Paris au Croisic, et s’arrêtant bien évidemment en gare de La Baule-Escoublac. « Nous demandons à la SNCF trois allers-retours/jour », entre la capitale et la station balnéaire. Yves Métaireau, réélu dès le premier tour le 23 mars dernier avec 53,25%, est prêt à batailler pour obtenir cette fréquence, qui est en deçà et irrégulière actuellement.
Si Atlantia entend réunir des congressistes des quatre coins du globe, il serait sûrement utile de compléter la signalétique routière. 

Une nouvelle directrice

Pour chapeauter Atlantia, une nouvelle tête est arrivée en provenance de la Cité des Congrès à Nantes. Corinne Denuet, après avoir passé douze années dans la cité des ducs, est arrivée au début de l’année civile et apportera son expérience et ses compétences, nombreuses dans l’événementiel. Si la recrue est au niveau de son langage techno-communico-institutionnel, il s’agit d’un excellent choix. Nous n’en doutons pas. « La Baule bénéficie d’atouts majeurs », confie la directrice, « comme les déplacements à pied d’Atlantia à l’hôtel » pour les congressistes. Cette cible est au cœur de la stratégie d’Atlantia. « Cela représente pour chaque personne une dépense de 650 € par jour ». Loin d’être neutre en effet, sachant qu’un congressiste sur trois prolonge son séjour après le congrès. Pour La Baule, et les prévisions établies pour l’exercice 2014, amputé de quatre mois, la durée moyenne d’un séjour sera de 2,6 jours, alors que la moyenne nationale est à 2,5 jours. Encourageant, puisque 21 000 personnes sont d’ores et déjà attendues. Et que le niveau d’activités sur huit mois sera égal à celui de l’année 2012.
Jean-Pierre Brard, maire de Mesquer mais également vice-président de Cap Atlantique et vice-président de la SPL Atlantia a insisté sur le fait que « 78% de l’économie de la presqu’île provenait du tourisme. Ce n’est pas Airbus ! », indiquant par ailleurs que les communes alentour bénéficieraient des séjours des congressistes, amenés à visiter au-delà de La Baule, « la ville phare de Cap Atlantique ».

Si Atlantia ouvrira ses portes au public dès le 2 mai prochain donc, l’inauguration officielle n’interviendra que le 7 juin prochain. Compte tenu des temps de rigueur budgétaire, Yves Métaireau indiqua que l’événement serait moins fastueux qu’en 1987, en présence de Jacques Chirac, alors Premier ministre.
Après l’inondation du bâtiment lors de la tempête Xynthia en février 2010, ou le tournage de films pornographiques homosexuels réalisés par le gérant de la société de sécurité de l’époque (2011), il n’est plus désolant de parler d’Atlantia, qui a réussi sa mue.

En chiffres :
13 millions d’euros de travaux
3 499 m2 de surface développée
1 780 m2 d’exposition ou de restauration avec 2 offices traiteurs
10 salles de réunions d’une capacité de 30 à 150 personnes
Salle de Brière : + 220 m2
Véranda prolongeant l’espace Korrigans : + 285 m2




 

Auteur : JR | 17/04/2014 | 0 commentaire
Article précédent : « La Baule : Le conseil municipal a installé les commissions et représentations »
Article suivant : « La plage a été fermée pour présence de résidus d'hydrocabures »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |  Tél. : Rédaction  |   Nous contacter