La Baule Infos

Art en chapelle à La Baule

La chapelle Sainte-Anne reçoit dans ses murs quatre des artistes participant à la 6e édition « Au gré des chapelles » organisée par l’association AP2A (Association pour la promotion des arts et des artistes).

art dans les chapelles

Gerard DesruesJean jacques LamentheSerge SanganJean-François Gambino

Cette manifestation repose sur la rencontre entre l’art contemporain et le patrimoine religieux, ainsi, 12 chapelles de la Presqu’île Guérandaise participent à cette expression artistique qui s’étale sur un mois entier.
Contrairement à ses homologues, la Chapelle Sainte-Anne de La Baule n’est plus un lieu de culte, mais, est devenue un lieu voué à la culture. L’endroit se prête idéalement à l’accueil d’expositions.
Elle reçoit dans le cadre de cette manifestation 4 sculpteurs venus d’horizons très différents : Serge Sangan, Gérard Desrue, Jean-Jacques Lamenthe et Jean-François Gambino, ils sont réunis vous la même voûte pour le bonheur des yeux.
Serge Sangan, ancien sculpteur sur bois et pierre, s’est tourné vers une autre pratique pour le moins étonnante. Il produit en effet des pièces métalliques réalisées à la soudure électrique, « habillant » des structures métalliques en y ajoutant des agrégats ferreux. Le résultat, au fil des inspirations de l’artiste, est surprenant, parfois très aérien, en tout cas spectaculaire.
Gérard Desrue travaille le bois pour faire « ressurgir les marais », mais, pas n’importe lequel : le morta, ce bois millénaire, extrait des tourbières. Artiste autodidacte, implanté dans la Brière, c’est dans son atelier du côté de Saint-Lyphard qu’il transforme ces morceaux de bois séculaires en œuvres majestueuses. Son inspiration se tourne actuellement sur les voiles, les flammes et les oiseaux.
Jean-Jacques Lamenthe « tisse du métal en fusion ». L’ancien compagnon du devoir, chaudronnier et soudeur, a mis au point une technique qui permet de « fusionner » le bronze et l’inox. Certaines de ses œuvres monumentales ornent des places européennes. Très inspiré par le cosmos, on perçoit dans ses œuvres cette dissonance propre à la création des planètes. Au tumulte et au chaos de la naissance succède le calme symbolisé par le poli de l’inox. Il réalise également des bijoux issus de cette technique très personnelle.
Jean-François Gambino est un sculpteur animalier dont la sensibilité est tournée vers l’Afrique. Il propose dans la chapelle Sainte-Anne un aperçu de son bestiaire réalisé en terre cuite, une technique apprise auprès d’un autre sculpteur Chantal Adam. L’homme travaille dans une sorte d’urgence pour faire ressortir la force et l’énergie des animaux dans leurs énergies à vivre ou à survivre.
Lors du vernissage, on retiendra les propos de Jean-Pierre Bernard, le maire de Mesquer qui a défendu le concept dès son origine, il est aussi vice-président à l’action culturel de développement touristique de Cap Atlantique : « L’on sait déjà que la fréquentation de l’avant saison est en hausse, il faut accentuer notre travail sur l’arrière-saison. « Au gré des Chapelles » rentre exactement dans le cadre de cette économie touristique, celle de faire venir et aussi se déplacer les touristes et les curieux vers d’autres communes, c’est la raison pour laquelle Cap Atlantique soutient cet évènement ».

La 5e édition d’Au gré des Chapelles avait généré environ 40 000 visiteurs sur les 12 sites participants, les plus visités : La Baule et Pornichet.
Pratique : L’exposition à la Chapelle Sainte-Anne de La Baule est ouverte tous les jours de 10h30 à 12h30 et de 15h à 19h jusqu’au 2 octobre.
 

Auteur : JRC | 07/09/2011 | 0 commentaire
Article précédent : « Plaisir des yeux »
Article suivant : « Tendres clichés à Sainte-Anne »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |  Tél. : Rédaction  |   Nous contacter