La Baule Infos

A la rencontre des saisonniers, la CFDT verbalisée par la police municipale

Chaque année depuis dix saisons, la CFDT s'en va à la rencontre des saisonniers. Si dans l'ensemble, tout se passe relativement bien, dans certaines communes l'accueil est plutôt frais comme cela a été le cas à la Baule mercredi 18. Outre de nombreuses invectives de la part de résidents retraités baulois, le camion paré des couleurs de la CFDT et stationné face à la poste, place de la Victoire a été verbalisé par quatre agents municipaux zélés, pour stationnement illégal et sanctionné d'une amende de 35 euros. Dès lors, Philippe Chalet secrétaire général se demande si la CFDT est réellement en odeur de sainteté dans la cité balnéaire.

Mercredi 18, la caravane saison de la CFDT a fait étape à la Baule, Pornichet et le Pouliguen. Le but étant d'aller à la rencontre des saisonniers, afin qu'ils puissent vivre un été sans galère. Selon Philippe Chalet, on note une certaine amélioration au fil des années. Toutefois, il convient de rester vigilant, car à l'heure actuelle il demeure des problèmes récurrents, tels que l'absence de contrat de travail, non paiement des heures supplémentaires, chantages de tous ordres... À ce sujet, Philippe Chalet précise : " Le secteur de la restauration est le plus touché. C'est un peu notre cible pendant l'été. Il y a également le domaine de l'animation style clubs de plage, centres aérés, mais aussi tout ce qui est commerce de détail et grandes surfaces. À titre d'exemple, cette année, nous nous sommes vus refuser l'entrée du centre Leclerc de Guérande au mois de juillet par les vigiles. Nous y sommes retournés mercredi et cela s'est mieux passé. À la Baule, dans l'ensemble la législation est relativement bien respectée, même si un ou deux restaurateurs à l'image d'un restau de plage semblent faire de la résistance. Cette année, un jeune qui travaille dans cet établissement nous a contactés car il était en attente de son contrat. Depuis nous n'avons plus de nouvelles, mais nous demeurons vigilants. Les infractions sont aussi diverses que variées. Cela va du non respect des horaires de travail, des pauses,à  des jeunes qui sont rémunérés en chèques cadeaux, en passant par les heures supplémentaires non payées. Ainsi à la Baule, Hugo (* prénom d'emprunt a fait 62 heures hebdomadaires en moyenne en juillet dans un restaurant de la Baule. A Pornichet, Noémie qui avait un contrat de travail pour travailler tous les week-end de juillet est venue en semaine et son patron lui propose de payer les jours de la semaine au black. Il y a aussi Jérôme dont le contrat saisonnier a été écourté faute de travail. Des exemples comme ceux-ci, il y en a des dizaines, mais on tend cependant vers une amélioration".

35 euros d'amende

Parallèlement, les militants qui vont à la rencontre des saisonniers et par voie de conséquence des employeurs ne reçoivent pas forcément un accueil chaleureux de la part de ces derniers, des habitants de la ville et parfois des municipalités. Cela a notamment été le cas à la Baule. Les retraités locaux se sont montrés particulièrement véhéments. Plusieurs militants ont reçu de l'eau sur le corps. Philippe Chalet souligne : "l'an dernier une coiffeuse a aspergé les responsables de la CFDT avec de la laque. Mais là aussi, les choses semblent en voie d'amélioration.". Au cours de leur visite en terre bauloise, le véhicule de la CFDT a été la cible d'agents municipaux particulièrement zélés et obtus. Philippe Chalet explique : " Notre camion était installé face à la poste, place de la Victoire, près de l'entrée piétonne du square. C'est alors que quatre agents de police municipaux nous ont sommés de déplacer notre camion au motif que nous étions stationnés sur des "zébras" et empêchions l'accès au square. Nous avons refusé et invité les agents à prendre contact avec la mairie. L'an dernier, ce simple appel téléphonique a réglé simplement la question de notre stationnement et de notre présence. Nous ne savons si cet appel a été passé par les agents, mais nous avons eu la fâcheuse surprise de constater que nous étions verbalisés avec une amende de 35 euros. J'ai envoyé ce mercredi un courrier au maire expliquant cette mésaventure. Dans celui-ci je précise que la CFDT de Loire-Atlantique s'interroge sur la promptitude de la police municipale à verbaliser et nous demandons à M. Métaireau de faire le nécessaire pour annuler cette amende et faire en sorte que les relations cordiales que nous entretenions encore dans un passé récent soient remises au goût du jour. Je conclus en disant que" nous ne doutons pas un seul instant de votre volonté de faciliter l'action de notre organisation syndicale vers les saisonniers qui contribuent à leur manière à valoriser l'image de la Baule".

A réception de ce courrier, on se demande si M. Métaireau aura la volonté d'apaiser le climat en annulant cette amende, ou considérera-t-il la CFDT comme un citoyen normal ayant commis une infraction pour stationnement illégal et donc redevable d'une amende de 35 euros. L'automobiliste lambda appréciera...

Auteur : Y.E. | 19/08/2010 | 8 commentaires
Article précédent : « Le Lions Club La Baule Grand Large remet 6 800 € à des œuvres sociales »

Vos commentaires

#1 - Le 20 août 2010 à 06h19 par Jean-Philippe, Nantes
Bonjour; Je vous cite:

"""A réception de ce courrier, on se demande si M. Métaireau aura la volonté d'apaiser le climat en annulant cette amende""" ( Fin de citation )

Permettez-moi de vous préciser que le Maire d'une commune ne peut en aucun cas annuler un procès-verbal, fut-il émis par un des agents de sa propre police municipale.

Seul le Ministère public dispose de l'opportunité des poursuites.

Presser les policiers de détruire le procès-verbal consituerait alors un ordre illégal, susceptible d'entraîner des poursuites.

Quant au stationnement lui-même, il est interdit sur les "zébras"; Ne vous étonnez donc pas d'être verbalisés pour ce fait.

Il eut été préférable de faire une demande de stationnement, d'occupation du domaine public à M. le Maire, qui vous aurait délivré une autorisation par voie réglementaire.

Cordialement;

Un policier municipal
#2 - Le 20 août 2010 à 09h59 par dan
le temps des rois ne devaient plus etre et certains seigneur se croient encore dispensés des reglementations et lois en vigueurs sur le simple faits qu'il ont un mandats soit politique soit syndical
#3 - Le 20 août 2010 à 16h53 par viKKing
Demander aux autres de respecter la loi et se permettre soi-même de s'en affranchir, il n'y aurait pas un problème ? Vous êtes encore plus ridicule en venant pleurer la clémence et clamer l'injustice publiquement.

Au fait, le refus d'obtempérer aux injonctions d'un agent de la force publique est un délit... à bon entendeur.
#4 - Le 21 août 2010 à 19h16 par suelto
Dommage
On croyait qu'elle défendait les fragiles en se servant de la loi pour faire respecter leurs droits.Il était beau ce cheval blanc.
Mais elle se donne des droits qui transgressent la loi et pire elle cherche à obtenir des passe-droits pour ne pas avoir respecté la loi
C'est quoi ça ?
La démonstration que d'une erreur discrète on peut faire...un ridicule remarqué.
#5 - Le 21 août 2010 à 20h55 par Werner Lê Mong
...et quand quelques autres "grands" de ce monde viennent à La Baule (ministres, présidents etc...), ils sont accompagnés de pléthore motards et services d'ordre; c'est sûr, ils ne se mettent pas sur les zébras !!
#6 - Le 22 août 2010 à 07h34 par suelto
Bien sûr Werner,et ce qui est bien grave c'est qu'on laisse faire.Peut-être que nous sommes devenus moutons,peut-être que nous les méprisons aussi,de jouer ainsi les les hochets du pouvoir.
Mais on est plus exigeant avec ceux qui portent le drapeau des libertés.Et un jour, on découvre que notre petit ami ronfle.Il paraît que c'est la vie.
bonne fin d'été et garez vous bien, tous,y compris Monsieur Métaireau aussi, car maintenant qu'il nous a bien expliqué ce qu'est le "bel exemple" toutes les voitures officielles extérieures ou municipale seront bien rangées, c'est obligé.
A vos parcs, partez.
#7 - Le 22 août 2010 à 09h06 par nani44
l'action syndicale mérite un peu plus de respect de la part des élus, même de droite, car nos enfants ou petits enfants seront un jour confrontés à des patrons qui ne respectent pas les règles. la mairie de la baule doit faire sauter cette contravention. Il y a suffisamment de riches à la baule pour payer... Cette ville commence à me dégouter.
#8 - Le 22 août 2010 à 18h49 par K9united, Centre
des policiers municipaux qui font leur métier, je ne comprend même pas la polémique. Infraction il y a, contravention il y a, n'en déplaise a ce monsieur syndiqué. Il n'est pas au dessus des lois.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |  Tél. : Rédaction  |   Nous contacter